1

René Clair un vrai de vrai !

Crédit photo : Daniel Mailhot

Le pilote DIRTcar René Clair continue de s’amuser à bord d’un Sportsman. Quel phénomène à 80 ans! René continue d’être le pilote québécois le plus âgé à courir sur les pistes de terre battue.

Un vrai de vrai, une source de fierté pour la famille Clair et on ne tarit pas d’éloges à son égard.

En entrevue téléphonique la conciliation famille-course a été évoquée très souvent.

Chez les Clair la passion du Stock car s’est transmise de père en fils.

Allez aux courses c’est comme une sortie du dimanche pour René. Ce dernier ajoute, «Si je course encore c’est à cause de mes enfants Gino et Mario et mes petits fils Gorden et Keven. Ma voiture de course est entre celles de Mario et Gino. Sans mes enfants ça ferait longtemps que je ne serais plus aux courses.»

La famille Clair sait, et c’est la raison pour laquelle ils chérissent les courses. Ça donne un sens à leur vie.

Refusant systématiquement de lâcher prise, mettre au rancart.

Questionné sur ses intentions pour 2020. René va courir à l’autodrome Drummond les samedis soir et sera à l’événement qui porte son nom au SuperSpeedway de St-Guillaume «classique annuelle». René précise, «Il n’y a rien dans le livre des règlements de DIRTcar au niveau de l’âge, je vais courir à moins qu’un médecin me l’interdise».

Le seul frein qui existe est celui qui pourrait lui-même se mettre. Son besoin de s’amuser et d’être parmi les siens et de croire aux bienfaits de sa participation.

Le nom René Clair dans le monde du Stock Car se définit par sa longévité et les succès qu’il a obtenus, c’est une légende en soi.

Notre octogénaire de Saint-Edmond-de-Grantham compte au-delà de 500 victoires en carrière étalées sur plusieurs décennies. «Aujourd’hui, je prends part aux qualifications et pour ce qui est des finales, tout dépend du nombre de tours à faire, car physiquement j’ai mal aux épaules. Je course dans le but de m’amuser et non pas pour des commanditaires. Je peux remarquer le comportement erratique de certains pilotes. Aujourd’hui je pardonne plus vite, j’oublie vite.», ajoute-t-il en riant.

Une sagesse tibétaine (saine) qui incarne une inspiration la plus profonde.

Son attitude face aux courses l’aide à délester la passion au moment de prendre le départ avec un grain de sel.

Outre son mal d’épaule, René témoigne d’un sang-froid à bord de sa puissante voiture qui sort régulièrement en dérapage sur une surface terre battue.

Un de ses secrets réside aux bottes de Cow-boy que René porte en conduisant. «Ça fait des années que je porte ces bottes, la semelle est mince et je peux sentir la pédale à gaz».

Un fonceur qui se débrouille avec les moyens du bord.

«Je course grâce à Gino et Mario. Je me débrouille avec ce que je peux trouver dans le garage, pneus, tôle, etc. Je mets beaucoup moins d’efforts sur la maintenance de la voiture qu’avant. Une fois la course terminée, je mets la voiture sur la remorque».

René a connu ses meilleurs années dans les années 1970, alors qu’il pouvait courser jusqu’à 5 soirs/semaine. René a compétitionné contre d’excellents pilotes tels que Roger Martel et Raymond Bilodeau. Il dit avoir appris de ce dernier en le suivant sur la piste donnant droit à des courses spectaculaires.

1958, baptême des courses.

C’est à l’âge de 18 ans que René, a fait ses débuts aux courses à bord d’un Meteor convertible 1951 à la piste de Saint-Guillaume. René mentionne, «J’ai coursé sans ceinture et sans casque. C’était l’attraction du village et il n’y avait pas de chialage».

En refusant de se mettre en vielleuse, on peut déjà parler de phénomène.

0 0 vote
Article Rating
Steve Brillant
Chroniqueur / Photographe
À propos de l'auteur
Archives de Steve Brillant
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Éric Descarries
Eric Descarries
2 mois il y a

Super texte intéressant! Super sujet intéressant! Je mange assez fréquemment avec Paul Deslauriers, ancien administrateur de l’Autodrome St-Eustache. Il est rendu à 88 ans et travaille encore régulièrement sur la construction! Comme quoi l’âgisme est moins présent en stock-car qu’ailleurs ! Quelqu’un aurait-il la photo de René Clair et de sa Meteor 1951? Ce serait un sujet amusant à reproduire en maquette de plastique!

Scroll to top
error:
1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x