Pourquoi Denny Hamlin devait gagner à Vegas

Décidemment, la saison 2021 de la Coupe NASCAR n’a pas fini de nous étonner. Cette fois, c’est la victoire de Denny Hamlin (Camry no 11) lors du South Point 400 qui est venue ajouter un peu plus de piquant à la série.

Généralement, selon mon avis, les courses en circuit ovale d’un et demi mille ne sont pas les plus excitantes. Puis, il y en a trop au calendrier de NASCAR. Mais celle qui s’est déroulée dimanche, en soirée, au Las Vegas Motor Speedway avait tout ce qui fallait pour en faire un évènement spectaculaire.

Tout d’abord, c’était la première course de la deuxième série d’élimination. Puis, alors que plusieurs amateurs s’attendaient à une victoire facile de Kyle Larson (Camaro no 5) ou de Chase Elliott (Camaro no 9), ce fut Denny Hamlin qui a eu raison de tout le peloton.

Hamlin, je ne m’en cache pas, est dû pour gagner ce championnat. Moins flamboyant que plusieurs pilotes, surtout parmi les plus jeunes, c’est un vétéran qui devrait être reconnu. L’année dernière, son combat contre Kevin Harvick (Mustang no 4) fut admirable. Il n’a jamais eu besoin d’entrer en contact avec celui-ci pour nous donner de bonnes images et les deux en sont sortis avec le plus grand nombre de victoires…mais sans championnat.

Cette année, Hamlin n’a gagné aucune course de la saison régulière (pas plus que Harvick non plus) mais dès le départ des Éliminatoires, il a gagné la première épreuve, celle de Darlington. Et maintenant, celle de Vegas, la première de cette deuxième tranche des Éliminatoires. Mais, il devait la gagner. Les deux prochaines épreuves de ce deuxième segment sont aussi imprévisibles que spectaculaires. La prochaine course se déroulera dimanche prochain au Superspeedway de Talladega, là où «n’importe qui peut gagner». Le nombre de fois qu’un pilote de fond de peloton y a gagné est impressionnant. Hamlin y fait habituellement très bien mais il y a toujours le spectre du grand carambolage (que les Américains appellent The Big One) qui plane au-dessus de la tête de toutes les équipes, celle d’Hamlin incluse. La course suivante, la troisième de ce segment dans laquelle trois autres pilotes seront «exclus» de la course au Championnat, se tiendra au Roval de Charlotte, une course à demi en circuit routier, à demi sur grand ovale. Même si Hamlin pourrait très bien s’y débrouiller, étant excellent pilote de circuit routier, il sait aussi très bien que ce genre de circuit favorise des pilotes plus jeunes comme le très agressif Chase Elliott, l’aussi agressif Ryan Blaney (Mustang no 12), le très talentueux Kyle Larson (Camaro no 5) ou encore un des plusieurs autres pilotes avec de l’expérience sur ce genre de circuit sinueux. Dans le cas qui nous intéresse actuellement, Hamlin est très content de s’être «classé» pour le troisième segment des Éliminatoires ! Il ne lui restera que Texas, Kansas (deux pistes ovales intermédiaires) et Martinsville (la piste la plus courte du championnat et la plus rapprochée du domicile d’Hamlin) avant d’attaquer la finale de Phoenix (un mille), tous des circuits où Hamlin sera plus à l’aise!

Incidemment, avant le dernier arrêt aux puits (sous drapeau vert), Tyler Reddick (Camaro no 8) se trouvait en très bonne position pour remporter la course (s’il avait pu dépasser Hamlin…ce qui était possible et…probable). Si ça s’était produit, les trois courses au programme à Las Vegas, celle des camionnettes, l’Xfinity et celle de la Coupe auraient été gagnées par des pilotes qui…n’étaient pas au Championnat (Christian Eckes (Tundra no 98) en camionnette Camping World et Josh Berry (Camaro no 1) en Xfinity). Hamlin a court-circuité cette situation plutôt inusitée.  

Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries

Laisser un commentaire

Scroll to top