It’s Bristol, baby!

Crédit photo : Brian Lawdermilk/Getty Images

Enfin, du NASCAR à son meilleur. Et à Bristol de surcroît! On est enfin revenu à la normale. Les courses de NASCAR, c’est du sport de contact. Et encore plus les samedi soirs! C’est ce que j’aime des courses sur piste courte (short track).

D’abord, la finale de la saison régulière en Xfinity de vendredi soir où l’on a vu A.J. Allmendinger (Camaro no 16) et Austin Cindric (Mustang no 22) terminer l’épreuve en accrochage sérieux envoyant les deux voitures passer de travers la ligne d’arrivée. Ce fut une consécration pour Allmendinger, le pilote réputé de circuit routier, qui y récoltait alors son premier championnat (de saison régulière) mais toute une frustration pour Cindric qui était certain de gagner ce championnat avant de passer éventuellement en Coupe NASCAR.

Samedi soir, la situation fut encore plus enflammée alors qu’à deux tours de la fin, le «jeune» Kyle Larson (Camaro no 5) raflait la position de commande du Brass Pro Shops Night Race au vétéran Kevin Harvick (Mustang no 4) qui s’attendait à y gagner sa première course de la saison, une victoire dont il avait besoin pour passer à la deuxième étape des Éliminatoires (toutefois, avec sa deuxième position, il y est quand même parvenu). Mais il y a eu un troisième joueur dans ce combat, Chase Elliott (Camaro no 9) qui y a perdu la course suite à un contact avec Harvick. Une engueulade s’en est ensuivie après la course (le contact a causé une crevaison à un pneu de la voiture de Chase ce qui l’a relégué à la 25e position). Ironiquement, les deux protagonistes qui se sont «poignés» devant les caméras de la télévision ont préféré terminer leur discussion dans…la remorque d’Elliott, à l’abri des caméras! Elliott devra s’y faire un jour! Et dire que l’on fait tout un plat de la «chicane» d’Hamilton et Verstappen en Formule Un… de la petite bière!

Pour les amateurs de NASCAR, ce fut une soirée (voir un week-end) excitant. Comme le veut la tradition, ce fut du Ford vs Chevrolet (ce qui demeure une des grandes motivations de la course automobile en Amérique!). Mais, je le répète, Elliott devra s’y habituer! C’est ça NASCAR, c’est ça Bristol. Il n’y a pas eu de carnage, il n’y a pas eu de blessés, il n’y a pas eu de voitures démolies. Que des ailes (et des orgueils) froissés. Mais il y a eu de l’action….

Des quatre pilotes éliminés du championnat, on aura perdu Tyler Reddick (Camaro no 8 qui a donné tout un combat). Aric Almirola (Mustang no 10 qui conserve quand même une belle réputation de combattant), Kurt Busch (Camaro no 1 que l’on espérait conserver à la course au championnat) et Michael McDowell (Mustang no 34 dont le seul fait d’arme demeurera sa victoire en début de saison à Daytona).

On attaquera lors le championnat de 12 (des 16 partants) débutant avec Vegas le week-end prochain (certes pas la piste de prédilection de Chase Elliott) suivi de Talladega (on ne sait jamais qui en sortira le vainqueur, souvent une surprise mais une piste sur mesure pour Logano (Mustang no 22)) et le circuit routier Roval de Charlotte (à y surveiller un duel Elliott-Blaney, ce dernier sur Mustang no 12).
J’espère que personne n’a dit que NASCAR, c’était «plat»!

Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries

Laisser un commentaire

Scroll to top