F1: un podium différent et rafraîchissant

Crédit photo : Formula1.com

Après les petites rues serrées de Monaco, la F1 se déplace à Baku. Nous sommes toujours sur un circuit urbain mais la piste y est large, facilitant ainsi les dépassements, et la plus longue ligne droite du calendrier (interminable) permet même d’y utiliser l’aspiration. Malgré tout, on y retrouve aussi le virage le plus étroit de la saison, alors qu’une ouverture de seulement 7 mètres entre deux murs amène les voitures dans la vieille ville.
Des qualifications perturbées
Après une séance de qualifications perturbée par les sorties de piste de plusieurs pilotes, notamment au virage 15, il n’a pas été possible pour les ténors de se battre jusqu’au tour ultime, laissant une grille de départ un peu inhabituelle. Charles Leclerc a ainsi obtenu la pole position, devant Hamilton et Verstappen, qui était sérieusement contrarié par le déroulement de la séance. Après un début de weekend très difficile pour Mercedes, Bottas n’a pas réussi à mieux se placer qu’à la 10e place.
Un premier segment de course
Dès le départ, Perez prend la place qu’il pense sienne en débordant Gasly par l’extérieur dans la première moitié du premier tour, après avoir pris une position sur Sainz au départ. Le grand perdant du premier tour est Norris, qui perd trois places par rapport à sa place sur la grille.
Hamilton, qui part deuxième, choisit au départ de se défendre face à Verstappen derrière lui au lieu de tenter de rejoindre la Ferrari de Leclerc devant lui en pole position. Le pari est payant puisque dès le 3e tour, il peut profiter d’une petite erreur de Leclerc et utilise l’aspiration pour prendre la tête de l’épreuve. Mais ces échanges de places au départ de la course deviennent moins importants lorsque la première fenêtre d’arrêts survient et «rebrasse» passablement les cartes.
Alors que Verstappen profite d’un arrêt magique sous la barre des 2 secondes, Hamilton connaît un arrêt plus difficile. Les deux Red Bull sortent donc devant la Mercedes, même si Vettel et sa Aston Martin occupent la tête de la course temporairement, à la faveur d’une stratégie au premier arrêt plus tardif. Quant à la Ferrari de Leclerc, elle se retrouve à une anonyme 6e place après les premiers arrêts. Pour Bottas, c’est une course très difficile, et il n’arrive absolument pas à améliorer son sort, au contraire.
Un accident malheureux de Stroll
À la moitié de la course, Lance Stroll est encore à la 4e place, sur pneus durs et sans arrêt encore à son dossier. Pour un pilote ayant été lancé de l’avant-dernière place sur la grille, c’est une stratégie payante pour le pilote canadien jusque là, qui peut espérer une place dans les points. Mais coup de théâtre au 31e tour, alors qu’un bris sur la voiture propulse sa F1 dans les murets de protection avec des dommages importants. Heureusement pour le pilote, plus de peur que de mal.
Au moment du départ après le retrait de la voiture de sécurité, c’est Sebastian Vettel qui joue les héros en volant une place à Gasly et tout de suite après à Leclerc, pour prendre la 4e place. Décidément, Aston Martin a bien joué ses cartes pour la course et aurait pu marquer beaucoup de points importants si Stroll n’avait pas été victime de son bris.
Coup de théâtre dans les derniers tours
À 4 tours de la fin, alors que tout le monde surveille l’usure des pneus sur les voitures, c’est le pneu arrière gauche du meneur Verstappen qui s’est affaissé sur la ligne droite, donnant ainsi la première place à Perez sur un plateau d’argent. L’accident force les commissaires à arrêter la course et autorise toutes les écuries à changer de pneus pour la fin de la course, qui sera relancée par un départ arrêté avec deux tours à faire. Perez est en tête, suivi de Hamilton et de Vettel.
Dès le premier virage, Hamilton réussit à mettre son museau devant celui de Perez. Mais il est incapable de négocier le premier virage et fait un tout-droit dans l’échappatoire, laissant ainsi un podium très rafraîchissant composé de Perez, Vettel et Gasly. Tout ça, évidemment après plusieurs chassé-croisés dans les tours ultimes. Une fin de course complètement folle à Baku.
Quelques notes en vrac

  • Malgré un incident majeur lors d’un arrêt aux puits, Mick Schumacher était à un moment plus de 30 secondes devant son coéquipier Nikita Mazepin; il faut le faire!
  • Après une fin de semaine en montagnes russes et un début de course difficile, Norris réussit tout de même à terminer au 5e rang à Baku. Il perd son 4e rang au classement cumulatif au profit de Perez mais prouve tout de même qu’il fait partie des meilleurs.
  • Bottas doit maintenant espérer que cette course soit effacée des livres d’histoire, lui qui termine en arrière des deux Alfa Romeo. Fin de semaine catastrophique pour lui et pour Mercedes. Seule consolation pour l’équipe, Verstappen ne marque aucun point.
  • Fernando Alonso profite du chaos de la fin de course pour marquer les points de la 6e place. Ce sera une bonne chose pour son moral, après un début de saison difficile chez Alpine.
  • Pierre Gasly continue d’impressionner dans une AlphaTauri et s’avère être une des très belles surprises de la saison jusqu’à maintenant.
0 0 votes
Article Rating
Chroniqueur / Photographe
À propos de l'auteur
 
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x