1

Bristol, le centre BELL du DIRT, pour Martin Roy !

Crédit photo : Sabrina Roy 2013

Qui de mieux placé pour parler de l’évènement de Bristol. L’ancien pilote NASCAR et DIRTcar, Martin Roy, a déjà piloté sur la piste de Bristol, à deux reprises.

En 2013, dans la série K&N Pro East, il a commencé 31e et a terminé 22e. Dans la même année, il a tenté, pour la première fois, une course Xfinity.

Il a été le premier Canadien à avoir sa propre écurie NASCAR avec King Motorsport. Il a fait courir plusieurs pilotes, dont Donald Theetge et Alex Labbé, en XFINITY. Son entreprise a permis au pilote Louis-Philippe Dumoulin de remporter la série Canadien Tire en 2014.

J’ai rejoint Martin, qui a bien voulu donner ses impressions, à l’aube de cet évènement historique, au média 360nitro.tv.

Martin a piloté sur la terre battue et le bitume. Il connaît bien les deux organisations, soient la NASCAR et WRG DIRTcar. Il trouve intéressant de voir ces deux plus grosses organisations travailler ensemble dans un même but. «C’est une bonne idée de réunir les meilleurs pilotes et je pense que c’est la première fois que l’on voit cela, mentionne-t-il».Il voit d’un bon œil NASCAR revenir à ses origines, courser sur la terre battue.   

Il qualifie la piste ½ mile de Bristol la plus vite au monde. Martin mentionne: «C’est une Short Track et je devais courir dans le haut de la piste, sans pour autant lâcher le gaz. Les courbes sont très accentuées, ce qui favorise le pilotage à haute vitesse. Je me souviens que la force G me coupait le souffle».

Il a comparé la piste de Bristol au centre BELL «Peu importe où tu es assis dans les estrades, tu vois très bien».

«Je n’ai pas trop suivi les étapes de la transformation de cette  piste mais, avec une piste collante, on risque d’assister à des records de vitesse et des accidents aussi».

Martin a tellement aimé cet endroit qu’il y retournerait, sans hésitation. «Je vais sans doute y retourner mais, cette fois, avec mes deux fils.« Plus tôt, cette saison, Felix et Jeremy Roy ont exprimé vouloir poursuivre leur développement sur la terre battue. Sur les traces du paternel, il ne serait pas surprenant de les voir, un jour, sur la piste de Bristol, parmi les meilleurs pilotes de terre battue. Martin s’est réservé une petite gêne lorsque je lui ai demandé qui va remporter la finale de Sprint Cup. Il n’a pas voulu se risquer, se contentant de me dire que les meilleurs pilotes viennent de la terre battue.

5 1 vote
Article Rating
Steve Brillant
Chroniqueur / Photographe
À propos de l'auteur
Archives de Steve Brillant
guest
1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
andre Paquin
andre Paquin
29 jours il y a

bravo pour les fais accomplie

Scroll to top
error:
1
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x