2

L’équipe de Jocelyn Roy et Mario Rainville de retour en 2021.

Crédit photo : Luc Marin

Le multiple champion Pro Stock Jocelyn Roy et son partenaire Mario Rainville renoueront avec la compétition après une année d’absence. 

À tort ou à raison, l’absence de l’équipe 48 dans un temps de pandémie aura permis de reconsidérer leur pertinence à participer aux différents événements de course sur terre battue en  2021.

Pour ce faire, une remise en question en profondeur de l’équipe tenant compte de plusieurs aspects a été abordée.  

Entre autre, de nouveaux règlements DIRTcar qui ont eu comme conséquence pour l’équipe de débourser davantage d’argent afin de s’y conformer comme, par exemple, l’achat d’extincteurs, de transmission Bert, de joints à 750 $, de ressorts hélicoïdaux et autres… L’équipe déplore l’absence de période de transition pour tous ces changements.

Force nous est d’admettre que la réglementation sur le poids de voitures est lourde de conséquences. Le poids des voitures est passé, au fil du temps, de 3200 livres à 3000 livres et à 2950 livres aujourd’hui. Cette différence de poids donne des maux de tête à ceux qui ont d’anciennes voitures. D’ailleurs la majorité des Pro Stock du Québec et d’Ontario se retrouve dans cette situation. La nouvelle génération de voitures a créé une inégalité au niveau de la performance face à certains pilotes américains et ce, même si l’équipe 48 possède une voiture récente. De débourser de l’argent supplémentaire afin d’être légal tout en étant performant est onéreux. 

L’absence de championnat et de série DIRTcar Pro Stock dans un contexte de pandémie a aussi joué dans la balance en 2020.

Toutefois, on ne s’en cache pas, le retrait de la compétition de la saison dernière a été bénéfique pour les membres de l’équipe terminant plusieurs tâches qui étaient en suspens depuis quelques années. 

Autre réalité fataliste, l’âge de l’équipe avance. Jocelyn aura bientôt 52 ans et Mario, 57 ans. Jumelés à des emplois de plus en plus exigeants et à la difficulté de se libérer du travail afin de prendre part à certaines événements est contraignant.

Dans ses décisions, l’équipe a pris en considération les coûts élevés d’entrée aux pistes comparativement aux bourses de 2020. Confrontée à une nouvelle réalité de ces dernières années, cette équipe de pointe qui, malgré de bons résultats en course et de quelques championnats, n’arrive pas à couvrir entièrement les dépenses encourues durant une saison. Ajoutez à cela la difficulté d’obtenir de la commandite dans un temps de pandémie.

Mario précise : «Pas question d’avoir un calendrier de 48 à 50 courses par saison comme on a fait à plusieurs reprises par le passé. Ce n’est plus possible tenant compte de la nouvelle réalité. Une vingtaine de sorties est envisagée pour l’instant».

Si rien ne change pour 2021, l’équipe envisage de courir sur les pistes locales à moins que les mesures frontalières soient abolies afin de prendre part à la série DIRTcar ce qui serait surprenant!

«C’est en regardant tout ce qu’on a accompli, Jocelyn et moi depuis notre association en 2011, me rend nostalgique» ajoute Mario. Rappelons que Mario avait laissé planer en 2018 qu’il songeait prendre une année sabbatique des courses à cause de diverses contraintes. Malgré tout, Mario a dû mesurer les pour et les contre avec son pilote pour finalement revenir avec une nouvelle voiture. Disons que cette voiture n’a pas connu trop action depuis ce temps.

Malgré tout, la passion des courses est encore là. Mario m’a partagé avoir visionné certaines vidéos durant la période des Fêtes à la suite de leur participation sur la défunte piste du Moody Mile de Syracuse NY, une piste où l’équipe 48 a eu son lot de succès confrontant les meilleurs pilotes DIRTcar nord-américains.

Quoi qu’on en dise, le retour de l’équipe impliquera de faire face à de nouveaux défis puisque des changements au niveau de la configuration de certaines pistes du Québec ont eu lieu, une situation que l’équipe devra gérer ayant déjà été confrontée à ce dilemme à plusieurs reprises sur les différentes pistes nord-américaines.     Comme je l’ai déjà mentionné, sans la présence du no 48 aux pistes du Québec, les courses aux championnats n’auront pas la même saveur.

3.5 2 votes
Article Rating
Steve Brillant
Chroniqueur / Photographe
À propos de l'auteur
Archives de Steve Brillant
guest
2 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
ROGER D AMOUR *O
ROGER D AMOUR *O
9 jours il y a

YES SIR MON JOCELYN

Jean Pierre Laurin
Jean Pierre Laurin
10 jours il y a

Bravo a l’équipe du 48 ,bon retour JOCELYN ,MARIO ET TOUTE L’ÉQUIPE

Scroll to top
error:
2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x