La Division Mini Stock a évolué.

English version click here

C’est maintenant plus qu’une simple classe de soutien.

Qu’il s’agisse de la division Mini Stock ou de celle des Sport Compact, celles-ci ont toujours été considérées comme de grandes classes pour les premiers tours de roue d’un nouveau pilote. Cependant, les choses ont changé au cours des dernières années car, la division Mini Stock a vraiment intensifié son jeu et elle est maintenant l’une des classes les plus compétitives à de nombreuses pistes.

Les pilotes de l’Autodrome Granby, du Cornwall Motor Speedway, du Brockville Ontario Speedway et du Brighton Speedway, pour ne citer que quelques circuits locaux, ont apporté un réel sentiment de fierté à la division. L’époque de la vieille voiture à quatre cylindres en mauvais état avec une peinture bâclée est révolue.

Aujourd’hui, vous y verrez des voitures bien entretenues et préparées à ce que la classe permettra ce qui apportera des chances victoire selon les capacités du pilote. C’est là que cette classe brille vraiment. Il y a beaucoup de bons pilotes dans cette division offrant aux fans de très bonnes scènes d’action semaine après semaine.

La division Mini Stock a des dimension de moteur limitées, soit un moteur à 4, 5 ou 6 cylindres avec un maximum de 3000 cc. Les turbocompresseurs ne sont pas autorisés. Le moteur doit correspondre à la fabrication du châssis sans aucune modification du châssis ou de l’assemblage du moteur. Tous les moteurs doivent être d’origine dans tous les aspects sauf pour les échappements où les tubulures sont autorisées. Les systèmes d’allumage doivent également conserver leur configuration d’origine.

Pour être compétitives, certaines équipes en sortiront le moteur pour le nettoyer d’abord puis en y vérifiant les culasses et les soupapes, en plus d’installer une nouvelle courroie de distribution et de nouveaux joints d’étanchéité. Tout cela dans l’espoir d’obtenir le meilleur avantage possible dans cette classe hautement compétitive.

L’un des éléments les plus importants de la classe est d’avoir fait, tout d’abord, une bonne préparation de la voiture. J’ai demandé à James Clarke son opinion sur les voitures qui performent le mieux. «Actuellement, nous utilisons une Honda Prelude 2,2 litres VTEC 2000. Je dirais qu’il y a cinq ans, la Ford Probe et la Mazda MX6 auraient été les voitures que vous recherchiez. Au fil du temps, de plus en plus de gens ont commencé à expérimenter différentes marques et différents modèles. Je dirais qu’aujourd’hui, la MX6 et les Probe sont toujours des voitures très solides, mais les Honda commencent définitivement à prendre le contrôle de cette division. »

Comme je l’ai écrit plus tôt, il est révolu le temps de traîner un vieux tacot sur la piste pour courir. De nos jours, c’est beaucoup plus compétitif. Les voitures sont travaillées chaque semaine avant le jour de la course et elles arrivent à la piste en tant que véritables voitures de course. Mais ce ne serait que tout pour rien si ce n’était des pilotes et des équipes dévoués qui se mobilisent pour faire avancer cette classe.

L’une des nouvelles étoiles montantes les plus dévouées est James Clarke, un coureur de deuxième année de 29 ans de Vankleek Hill, en Ontario. Clarke a eu le virus de la course en regardant son oncle piloter en rallyecross. James explique:  «Je me souviens d’avoir été debout à côté de l’un de ses trophées quand j’avais trois ou quatre ans et que le trophée était plus grand que moi. Je savais qu’un jour je voudrais une voiture de course à moi. Cela a pris un peu de temps car, j’ai commencé à courir il y a à peine deux ans à l’âge de 28 ans.» Cette année, James a remporté trois victoires entre Cornwall Motor Speedway et Brockville Speedway où il a été une menace dans la division Mini Stock sur les deux circuits.

Justin Jodoin est un autre pilote talentueux dans les rangs des Mini Stock. Il est l’actuel champion du Cornwall Motor Speedway. Il s’efforce également à gagner à tout prix. Justin passe des heures, comme la plupart des élèves de la classe, à chercher cet avantage supplémentaire à chaque semaine.

Justin a commencé à courir en 2010 dans la division Mini Stock au Cornwall Motor Speedway, mais aussi il a passé quelques années à aider son ami Dan Desnoyers dans la division Pro-Stock. Pendant une période d’absence en Mini Stock, il a couru dans la catégorie tracteur à la piste Cornwall Kart, ce qui allait l’aider à perfectionner sa conduite.

Tout ce travail acharné a porté ses fruits en 2019. Avec constance et grâce à ses quatre victoires, Justin a remporté le championnat 2019 du Cornwall Motor Speedway. En 2020, ce fut un peu plus difficile car il n’y avait pas de véritable calendrier à disputer en raison de la COVID-19 et ses résultats finaux en 2020 ont été un peu décevants. Justin s’explique: «Nous avons eu un début de saison difficile mais, à la fin, nous avons placé la voiture là où il fallait pour de bons résultats, tout dépendemment de la configuration et du moteur dont on peut disposer. Les Honda ont été rapides et la plupart sinon tous les meilleurs coureurs ont la version GSR.» Justin aura un peu plus de chance en 2021car il aura une voiture de rechange à sa disposition, intensifiant à nouveau son plan de match et apportant, espérons-le, de bons résultats.

Un autre pilote que j’ai appris à connaître au cours des dernières années est Alexis Charbonneau. Ce jeune pilote de Saint-Hubert, au Québec, court depuis maintenant 10 ans et il est vraiment devenu l’un des meilleurs pilotes de la division Mini Stock.

Alexis est un coureur de deuxième génération qui a suivi les traces de son père. Celui-ci courait dans la division 4 cylindres de l’Autodrome St-Eustache. Pour Alexis, 2020 a été une saison de rêve pour ce pilote chevronné qui a remporté le championnat Sports Compact à l’Autodrome Granby ce dont il rêvait depuis plusieurs années.

Alexis, comme d’autres pilotes de haut niveau, travaille fort sur la voiture chaque semaine pour la maintenir en bon état de course car la compétition, comme je l’ai écrit, est très dure dans cette classe.  Mais, ce jeune pilote sera certainement à surveiller durant la saison à venir.

Cette division devient, sans aucun doute, de plus en plus technique, serrant chaque once de vitesse et de configuration de pilotage possible. L’un des constructeurs / conducteurs les plus expérimentés de cette catégorie est Richard Leblanc.

Richard a couru presque toute sa vie et il se souvient alors qu’il était jeune garçon d’être allé avec son père au MJRT Speedway (maintenant fermé). À l’âge de 17 ans, Richard avait construit sa propre voiture de derby et c’est essentiellement là que les choses ont vraiment pris racine concernant son avenir dans la course. À partir de ce moment, Richard a commencé à construire et à piloter ses propres voitures dans la division Mini Stock.

Soudeur de profession, Richard fait toute la fabrication de ses voitures ce qui est beaucoup plus difficile que les gens ne le pensent car, la cage, de nos jours, doit être très bien construite. Richard a également acquis toutes les compétences mécaniques nécessaires pour reconstruire les moteurs et pour régler la suspension, qui doivent tous avoir des pièces d’origine.

À ce jour, Richard a construit plus de 15 voitures pour ses collègues pilotes dans le cadre de son entreprise, sa spécialité étant les cages de sécurité et les systèmes de câblage. Mais il peut aussi fabriquer une voiture entière. Une fois les travaux terminés, Richard se présentera à la piste pour voir comment les voitures fonctionnent et pour apporter les touches finales nécessaires qui ameneront éventuellement la voiture vers le chemin de la victoire.

Richard nous explique: «Chaque voiture sur laquelle je travaille, je la regarde à la piste. Je peux dire ce dont la voiture a besoin et je m’adapte aux pilotes en fonction de ce qu’ils veulent. Je suis fier de faire à ce que chaque véhicule soit le plus sûr et le plus solide possible.  Après tout, cela dit et fait, le circuit est une famille. Je me fais des amis, nous traversons des victoires et accusons des échecs ensemble. Mais nous regardons tous vers le même objectif: prendre le vert et obtenir le drapeau à damier!»

Richard a poursuivi en expliquant: «Un bon moteur en bonne santé est un must. Mais, pour moi, les réglages sont ce que l’on néglige souvent. Vous pouvez avoir le meilleur moteur, mais si votre voiture ne tient pas et ne tourne pas correctement, vous perdrez de l’adhérence, de la traction et des positions.»

Les gens mentionnés plus haut ne sont que quelques-uns des meilleurs pilotes et des meilleures équipes qui concourent chaque semaine au Canada et aux États-Unis.

La division Mini Stock n’est plus seulement une classe de soutien. Elle a des équipes bien financées, avec des pilotes et des mécaniciens très dévoués qui travaillent dur chaque semaine pour obtenir la prochaine victoire, tout comme le font les «grands». Il est grand temps que cette division reçoive la reconnaissance et le respect qu’elle mérite, car cette catégorie offre certaines des meilleures scènes d’action de course que vous verrez où que ce soit. Les participants ont intensifié leur jeu sur la piste tout en payant les mêmes frais que certaines des plus grandes stars de notre sport et il est temps qu’ils aient la chance de courir au Super Dirt Week. Je suis sûr que cette classe offrira aux fans toute une bonne course!

0 0 vote
Article Rating
Don Simpson
Chroniqueur / Photographe
À propos de l'auteur
Archives de Don Simpson
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x