Le chant du cygne pour Johnson

Crédit photo : Cédrick Thivierge

La course de dimanche en série Cup sera sous le signe de la nostalgie puisqu’elle verra deux autres grands de NASCAR prendre leur retraite de la série reine.

Au revoir Jimmie

L’épreuve de Phoenix sera le chant du cygne pour le sextuple champion Jimmie Johnson pilote de la légendaire voiture 48 après avoir été 20 saisons au volant de celle-ci. La dernière présence dans le cercle des vainqueurs de Johnson remonte à 2017 alors qu’il avait remporté 3 épreuves (Texas, Bristol et Dover).  Sa meilleure saison fut celle de 2007 avec 10 victoires. Ses cinq championnats consécutifs (2006-2010) resteront son plus grand fait d’armes. Aucun autre pilote avant lui n’aura réussi l’exploit. Ses sept titres le situent à égalité avec les légendes Dale Earnhardt père et Richard Petty. Sa place est déjà réservée au temple de la renommée. Johnson aura participé à 677 courses avec, à son palmarès, 83 victoires.

Le pilote de 44 ans est encore loin de la retraire puisqu’en 2021 il fera le saut en Indycar avec l’écurie de Chip Ganassi. Johnson ne participera pas aux courses sur ovales, il se concentrera uniquement sur les circuits routiers et de ville. C’est donc dire qu’il sera présent pour 13 des 17 épreuves de la série. Pour l’instant, rien de confirmé quant à sa participation aux 500 milles d’Indianapolis. Le contrat est d’une durée de 2 ans. Une très belle prise pour la série Indycar qui pourra, espérons-le, attirer de nouveaux amateurs et améliorer inévitablement sa visibilité. Reste à savoir si les résultats seront aux rendez-vous !

Parallèlement Chad Knaus, son ancien chef d’équipe, a été promu à un nouveau rôle (Vice-president of competition) au sein de Hendrick Motorsport. On lit ici entre les lignes que ce poste lui a été donné pour services rendus.

Johnson a été absent des séries de 2020 pour deux raisons. Il a manqué l’épreuve d’Indianapolis en juillet dernier étant victime de la COVID.  Tous les espoirs étaient permis pour Johnson après que ce dernier ait terminé 2e à Charlotte en mai. Cependant, la voiture no 48 a échoué l’inspection d’après course et fût disqualifiée. Ces deux évènements ont possiblement coûté une place en série pour l’ancien champion.

Alex Bowman aura la lourde responsabilité de prendre les rênes la voiture 48 l’an prochain

Réorientation de carrière pour Clint Bowyer

(Photo by Jared C. Tilton/Getty Images)

Pour ceux qui suivent les courses NASCAR à la télé américaine, vous avez sûrement remarqué les multiples présences de Clint Bowyer comme analyste invité sur le réseau Fox. Au printemps dernier, lors de l’arrêt des activités causé par la pandémie, Bowyer a fait la pluie et le beau temps en participant activement à la diffusion des courses Iracing pendant l’absence des courses régulières. Ces épreuves avaient attiré l’attention, car elles regroupaient l’ensemble des pilotes de la Cup.  

Pour plusieurs, le talent de Bowyer derrière le micro est indéniable. Ce dernier viendra solidifier l’équipe de diffusion de Fox qui inclut déjà Jeff Gordon et Jamie McMurray.

Le temps de Bowyer était compté en tant que pilote de la voiture no 14 puisque le jeune Chase Briscoe (voiture no 98 en Xfinity) commençait sérieusement à lui chauffer les fesses. Il en était à sa dernière année de son contrat avec Stewart-Haas. Pilote à temps plein depuis 2006, Il aura participé à 540 courses accumulant 10 victoires, 82 «top 5» et 226 «top 10». Sa dernière victoire remonte à la saison 2018 alors qu’il avait remporté les épreuves de Martinsville et du Michigan. En 2012, il aura été vice-champion de la série en terminant tout juste derrière Brad Keselowski.

Le point saillant de sa carrière aura été l’épreuve du «Federated Auto Parts 400» tenue sur l’ovale de Richmond le 7 septembre 2013 : le fameux «spingate» qui mena à la dissolution de l’équipe MWR (Michael Waltrip Racing). La course était la 26e de la saison, juste avant le début des séries. Le scandale impliquait trois équipes : Michael Waltrip Racing , Penske Racing et Front Row Motorsports. Un triste évènement qui est venu entacher la réputation de NASCAR et qui, encore aujourd’hui, laisse des traces. Je vous partage ici une petite vidéo résumant bien toute l’histoire

Sans vouloir être méchant envers Bowyer, je crois qu’il sera beaucoup plus divertissant de le voir la saison prochaine derrière un micro que derrière un volant. Il sera intéressant de voir comment évolueront Cole Custer ainsi que Chase Briscoe au cours des prochaines années dans l’écurie Stewart-Haas

En conclusion

 Jimmie Johnson et Clint Bowyer font partie de la liste des nombreuses vedettes datant d’une autre époque qui ont quitté le NASCAR. Il sera intéressant de voir parmi la relève qui aura le charisme nécessaire pour soulever les foules. Johnson, malgré tout son talent, reste quand même un homme durable affichant très peu ses émotions. Avec ses piètres résultats des dernières années, peu s’apercevront de son départ. Comme me le disait mon collègue Eric Descarries, il aura peut-être du se retirer bien avant.

Le prochain à partir sera Kevin Harvick qui, lui aussi, étire trop la sauce. Il se pourrait fort bien que 2021 soit sa dernière saison.

Que les dieux bénissent les rois de la course !

0 0 vote
Article Rating
Francois Richard
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Francois Richard
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x