Bottas l’emporte, Norris sur le podium

Crédit photo : F1

La séance de qualifications d’hier s’est soldée par une première ligne toute Mercedes, mais Red Bull a logé un protêt contre Lewis Hamilton qui aurait négligé de ralentir sous le drapeau jaune généré par Valtteri Bottas. Protêt qui leur a donné raison, faisant en sorte que le champion du monde en titre partira de la 5e position plutôt que de la 2e. Verstappen (le seul à partir en gomme médium dans le Top 10), Norris et Albon sont donc promus un rang plus haut que leur position de qualification. Rappelons que le Québécois Lance Stroll part de la 9e place. Son compatriote Nicholas Latifi part en 20e et dernière position.

Et on roule en 2020 !

L’extinction des feux provoque la sortie des lions. Les bagarres sont serrées tout au long du tour initial, mais les positions restent les mêmes, jusqu’à ce que Sergio Pérez plonge à l’intérieur du rapide Virage 9 pour passer Charles Leclerc. Dès que le système de réduction de traînée (DRS) est permis, Alex Albon en profite pour passer Lando Norris à la fin de la troisième ligne droite du circuit. Hamilton effectue ensuite une manœuvre semblable sur son compatriote.

Hamilton continue sa remontée et il reste scotché à Albon pendant quelques tours avant d’être capable d’en prendre la mesure grâce au DRS. Mais le premier coup de théâtre de la course survient au 11e tour alors que le favori local Verstappen est victime d’un bris électronique, il perd toute puissance et retraite aux puits. L’écurie Red Bull change son volant, mais en vain, le Néerlandais doit abandonner dans les puits. Hamilton est donc promu en 2e position.

On entend alors une communication radio de Lance Stroll, alors qu’il subit un léger ennui de moteur. Son ingénieur lui mentionne alors que le problème est mineur et sous contrôle. Il demeure dans le Top 10 malgré tout. Les ennuis se poursuivent en piste, pour Daniel Ricciardo qui semble être victime des mêmes problèmes que Verstappen. Et quelques tours plus tard, les ennuis de Stroll le contraignent malheureusement à l’abandon.

Première course, première voiture de sécurité

Esteban Ocon dépasse ensuite Kevin Magnussen, mais ce dernier part en tête-à-queue au freinage, probablement en raison d’un bris de freins avant. La Haas est coincée en un point névralgique de la piste, forçant la sortie de la voiture de sécurité pour contenir le peloton. Une vague d’arrêts aux puits commence alors, dont les deux Mercedes qui s’arrêtent coup sur coup. Derrière, une sortie de box boîteuse de la part de Pérez cause presque un contact avec la McLaren de Norris ; les commissaires y jettent un œil.

La Mercedes SLS AMG retourne aux puits à la fin du 30e tour. Au virage 3, une manœuvre risquée de Vettel sur Sainz amène la Ferrari à l’envers du trafic. Il bloque les roues lors d’un freinage tardif et heurte le flanc de la McLaren de celui qui prendra sa place en 2021. Par la suite, Pérez se rapproche d’une possibilité de podium, alors qu’il passe la McLaren de Norris.

Romain Grosjean semble avoir reçu une pléthore d’avertissements de la part des commissaires sportifs pour avoir dépassé les limites imposées en sortie de virage, puisqu’il reçoit un drapeau noir et blanc, le forçant à faire attention au risque d’une disqualification s’il continue.

Un peu passé la mi-course, les deux Mercedes caracolent en tête, 7 secondes en avant de la seule Red Bull encore en piste, celle d’Albon. Hamilton se positionne alors dans l’aileron arrière de son coéquipier Bottas et le talonne pendant plusieurs tours. Les deux pilotes reçoivent en même temps un avis de leurs ingénieurs, leur demandant de faire attention aux vibreurs en sortie de virage en raison de capteurs de boîte de vitesse donnant de drôles de mesures. La voiture de Bottas semble souffrir encore plus que celle d’Hamilton, il se fait explicitement demander de ralentir et d’éviter tout vibreur car les ‘’problèmes sont critiques’’, pour citer James Alisson, le directeur technique de Mercedes.

Deuxièmes neutralisations

Romain Grosjean et George Russell subissent ensuite des ennuis coup sur coup. Le Français semble avoir eu les mêmes problèmes de freins que Magnussen, tandis que le Britannique a perdu toute puissance et sa voiture s’arrête en un point dangereux, ramenant la voiture de sécurité en piste le temps de remorquer sa Williams.

Une stratégie alternative de la part de Red Bull amène Albon aux puits pour chausser la gomme tendre. Le pilote thaïlandais ne perd qu’une seule place et semble en position de pouvoir pousser plus que ses adversaires devant lui : Bottas et Hamilton qui ont des ennuis de boîte, suivis de Pérez qui a des médiums.

La Mercedes de haute performance reprend la ligne des puits, donnant l’occasion à Albon de passer Pérez, non sans devoir lui redonner sa position immédiatement, puisque la voiture de tête revient en piste. Kimi Räikkönen perd sa roue avant droite à la relance, manquant de frapper la Ferrari de Vettel derrière lui. La roue semble s’être simplement détachée en montant sur un vibreur. L’Alfa Romeo est immobilisée sur la ligne des puits. Il s’agit, mine de rien, du 7e abandon de la course, un total rarement atteint depuis quelques années alors que les F1 sont d’une fiabilité à peu près à toute épreuve.

11 tours avant la fin, la course reprend son cours normal avec seulement 13 voitures encore en piste. Albon a finalement reçu l’indication de reprendre sa 3e place avant la relance. Albon pousse à nouveau, passe Hamilton par l’extérieur au virage 4, mais la Mercedes pousse la Red Bull hors piste. Cet incident n’est pas sans rappeler ce qui est arrivé au Brésil l’an dernier entre les deux. Pérez reprend alors sa place sur le podium, avec Norris non loin derrière.

Sainz prend le dessus de Gasly pour la 6e position, pour ensuite assister à la manœuvre de Leclerc devant lui, qui dépasse Norris pour la 4e place. Le pilote monégasque se rapproche rapidement de la Racing Point et lui vole la dernière marche du podium. Au même moment, Lewis Hamilton est nommé responsable du contact avec Albon et il obtient une pénalité de 5 secondes qui sera ajoutée à son temps de course.

*15LEC*

Une pénalité similaire est imposée à Sergio Pérez pour vitesse excessive dans les puits. Au même instant, Albon ralentit subitement et abandonne sur le bas-côté. Norris prend ensuite la mesure de Pérez non sans contact. Kvyat subit ensuite une crevaison soudaine au bout de la ligne droite des puits et abandonne à son tour.

Hamilton pousse comme pas un puisqu’il doit se garder un écart de 5 secondes sur Norris pour rester sur le podium. Le jeune pilote de 20 ans réalise alors le tour de sa vie et ramène l’écart à 4.8 secondes, lui donnant la place finale sur le podium. Bottas remporte donc le Grand Prix d’Autriche, avec un surprenant Charles Leclerc en 2e position. Hamilton est donc relégué en 4e, avec la deuxième McLaren derrière lui, celle de Sainz. Malheur pour Latifi, il termine dernier en 11e position, le seul à terminer la course hors des points.

Le plateau F1 reste en Autriche pour le prochain weekend, incidemment nommé Grand Prix de Styrie. C’est donc un rendez-vous dans 5 jours pour les séances du vendredi.

Classement :

  1. Valtteri Bottas – Mercedes
  2. Charles Leclerc – Ferrari
  3. Lando Norris – McLaren
  4. Lewis Hamilton – Mercedes
  5. Carlos Sainz – McLaren
  6. Sergio Pérez – Racing Point
  7. Pierre Gasly – AlphaTauri
  8. Esteban Ocon – Renault
  9. Antonio Giovinazzi – Alfa Romeo
  10. Sebastian Vettel – Ferrari
  11. Nicholas Latifi – Williams
0 0 vote
Article Rating
Mathieu Brière
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Mathieu Brière
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x