2

Sabrina Blanchet : vivre à 110 milles à l’heure!

Crédit photo : Claude Prud'Homme

Sabrina Blanchet un nom qui vibre partout où elle passe. Nous avons eu l’ère Villeneuve avec Gilles et son frère Jacques qui déplaçaient à eux seuls des foules. Aujourd’hui c’est la jeune sensation Sabrina Blanchet qui fait de même.

Son chemin était déjà tracé d’avance lorsque son grand-père Gaston Ferland passionné de motoneige coursait parmi les meilleurs en Amérique. Dès l’âge de 7 ans, Sabrina a été confrontée à la dure réalité de courir contre le genre masculin. De la testostérone à l’état pur qui pour cette jeune femme ne sait jamais laisser intimider pour autant.

Son entourage la sert bien!

L’expérience et le support de sa famille, de ses amis ainsi que son gérant Georges Samson qui ont vu en elle un immense potentiel, l’ont propulsée à des prouesses au-delà de toute attente. Sans lui mettre de pression, Sabrina ne cesse de s’améliorer à chaque fois qu’elle tourne sur un tracé ovale.

Le meilleur reste à venir!

Malgré son lot de succès, à force de persévérance et détermination, à 23 ans Sabrina demeure terre à terre. Traquée par les journalistes, les médias, les photographes, Sabrina a appris à vivre avec cette réalité. Solide dans ses propos, Sabrina s’est forgé un caractère qui lui permet de pouvoir être à la fois disponible tout en restant concentrée sur ce qu’elle doit accomplir.

Sabrina se démarque sous la pression

Déjà ou lui faisait remarquer qu’elle ne sera jamais assez forte pour courir en motoneige à des vitesses qui peuvent atteindre les 180 kilomètres à l’heure. Je me souviens, à la suite d’un accident motoneige, Sabrina avait fendu son casque de protection en heurtant la piste glacée du Cornwall Motor Speedway il y a quelques années. Cet incident aurait pu mettre un terme à la compétition mais nonobstant, Sabrina est revenue plus forte depuis. Une force de caractère inébranlable puisqu’elle a remporté le championnat du monde à quelques reprises depuis ce temps. Faut le faire!

La coqueluche d’un peuple !

Notre porte-étendard teinté de jaune à bord de son Ski Doo 79 est victime de ses succès. Depuis le retrait de la compétition de l’oncle Jacques, les amateurs de courses de motoneige sont en quête d’une vedette. Sans tomber dans les comparaissons dérisoires, Sabrina devient la nouvelle coqueluche que les Québécois attendaient. Sabrina Blanchet un nom connu aux États Unis et les concurrents n’ont qu’à bien se tenir lorsqu’elle chevauche sa motoneige.

Quoi qu’on en dise la jeune Sabrina Blanchet a du chien. Une soif de victoire et des résultats sont au rendez-vous. Les amateurs veulent le meilleur pour elle. C’est souvent ce qui arrive avec ceux qu’on aime, on met la barre souvent très haute. Nos ambitions sont à la hauteur de toute l’affection qu’on a pour eux.

Bonne fin de saison Sabrina et merci d’avoir accordé une entrevue pour le média 360nitro.tv.

0 0 vote
Article Rating
Steve Brillant
Chroniqueur / Photographe
À propos de l'auteur
Archives de Steve Brillant
guest
2 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Marlène Ferland
Marlène Ferland
1 année il y a

Moi je suis la tante de Sabrina mon père nous a fait vivre des sensations fortes toute aux long de sa carrière de 51 ans et aujourd’hui Sabrina nous fait vivres à sont tour des grande sensations nous sommes tous très fière d’elle et surtout mon père elle lui rempli le coeur de joie et les yeux de l’arme bravo Sabrina Blanchet ont aimes

Claude Prud'Homme
Claude Prud'Homme
1 année il y a

Bon article Steve. Le week-end dernier était ma première expérience en ovale avec les formules. J’avoue ne pas avoir entendu parler de Sabrina avant le week-end. Mais sans savoir qui état ce brin de femme et son histoire, j’ai été à même de constater ses exploits dans les courses où elle a rivalisé avec les hommes. J’ai été drôlement impressionné et je le suis encore plus maintenant que tu nous as parlé un peu de l’histoire de ce pilote n° 79 ! Merci du partage !

Scroll to top
error:
2
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x