1

Place au Super Bowl du NASCAR

Crédit photo : Francois Richard

Après quelques mois pour ne pas dire quelques semaines d’inactivité, les gladiateurs de l’ovale reprennent du service ce dimanche dans le cadre de la 61e édition de la prestigieuse épreuve du Daytona 500.

Les activités ayant débuté la fin de semaine dernière avec les qualifications qui ont permis au jeune William Byron (Chevrolet Camaro #9) de décrocher la pole position pour la course de la série Monster Energy. Byron aura la chance d’avoir comme chef d’équipe en 2019 Chad Knaus qui a occupé le même rôle lors des sept championnats de Jimmie Jonhson.

D’ailleurs l’ami Johnson (Chevrolet Camaro #48) a remporté le fameux « Clash » dimanche dernier dans une épreuve écourtée par la pluie. Plusieurs diront que sa manœuvre de dépassement sur Paul Menard (#21) était plus que douteuse surtout que celle-ci a été à la base d’un spectaculaire « Big one ». Jonhson a quand même bien tiré son épingle du jeu tout au long de l’épreuve et aurait quand même possiblement été bien placé pour remporter l’épreuve d’une façon, disons plus « Clean ».

Revenons à Johnson

Après une longue association fructueuse avec Chad Knaus, mais surtout après les deux dernières saisons plus que désastreuses et la perte de Lowe’s comme commanditaire principal, il était temps pour Johnson de changer d’air.

Voilà donc que l’ami Johnson fera équipe cette année avec Kevin Meendering. Ce dernier a été chef d’équipe pour Elliot Sadler de 2016 à 2018. Il est donc bien connu des gens de Hendrick’s puisque qu’il était dans le giron de JR Motorsports.

Après un long moment de suspense, nous apprenions vers la fin de la saison dernière que Johnson aurait comme commanditaire « Ally Financial ». Tous les goûts sont dans la nature, mais citron que sa voiture est laide!

Espérons que ces changements pourront aider Johnson à se replacer, car lors des deux dernières années les résultats n’ont pas été à la hauteur des attentes. Il reste deux saisons, incluant celle-ci au contrat de Jimmie et comme plusieurs spécialistes le laissent entendre, il se pourrait bien qu’il tire sa révérence à la fin de 2020. Johnson d’ailleurs ne s’est jamais caché qu’il voudrait prendre sa retraite après son 8e championnat. À moins d’un miracle, il risque de la prendre bien avant, car gagner un championnat en NASCAR est pratiquement devenu une loterie … mais on ne sait jamais!

J’adore la nouvelle Mustang

Un gros « Wow » bien gras et juteux pour la nouvelle Mustang en coupe Monster Energy. Il était temps que Ford arrive avec cette voiture dans la série reine. Est-ce que la nouvelle Toyota Supra qui fait son entrée cette année dans la série Xfinity pourrait faire un jour son apparition dans la série reine de NASCAR ? Il est encore trop tôt pour le dire mais sincèrement dans la vraie vie une Toyota Camry ne ferait pas le poids contre une Chevrolet Camaro ou une Ford Mustang. Si on exclut, bien entendu, la fameuse fiabilité!

Que nous réserve 2019

Après une année 2018 plus que décevante à bien des points de vue, NASCAR est à l’apogée des chemins et se doit, comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises, de se réinventer. Plusieurs changements majeurs ont été apportés à la configuration des voitures dans le but de tenter d’améliorer le spectacle en piste. Espérons que ceux-ci porteront fruit et que nous aurons la chance d’avoir des courses de plus grande qualité en 2019.

Je vous ai parlé à plusieurs reprise l’année dernière (Stats à l’appui) de la baisse des assistances dans les gradins. J’ai mis la main sur des statistiques très intéressantes concernant la capacité des spectateurs des différents complexes qui accueillent des courses de NASCAR. L’International Speedway Corporation, qui possède 12 pistes dont Chicago, Martinsville et Phoenix, avait en 2007 une capacité totale de 1,1 million de spectateurs. En 2018 cette capacité était de 683 000 places. C’est donc une diminution de 417 000 places assises de mises à la disposition des amateurs en 12 ans. Quand même surprenant de voir des gradins dégarnis avec une telle diminution de capacités de spectateurs.

Faut quand même laisser la chance au coureur et surtout laisser le temps au nouveau président Steve Phelps de mettre en place sa nouvelle vision. Le tout bien sûr, espérons-le, en ayant l’appui de la famille France.

Les rumeurs de vente semblent moins présentes par les temps qui courent, mais n’empêche qu’à plusieurs reprises l’an dernier, le nom de Disney circulait abondamment comme acquéreur potentiel de NASCAR . Sont-ils toujours dans les parages?

Petit rappel, il est toujours possible de venir en voyage avec nous à Dover début mai. Pour plus de détails, je vous invite à consulter cet article : https://360nitro.tv/articles/2019/01/16/une-visite-a-dover-en-mai-prochain

Dans mon prochain article, je me lancerai dans le jeu des prédictions et ferai mes commentaires sur comment j’entrevois la saison de quelques pilotes pour 2019.

Que les dieux bénissent les rois de la course!

Francois Richard
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Francois Richard

Un commentaire pour “Place au Super Bowl du NASCAR

  1. André Paquin dit :

    quand tu gagne en bumpant ces pas trop fort et ca couté cher aux autres
    dans la famille du 22 et du 3

Laisser un commentaire

Scroll to top
error: