Villeneuve veut rouler aux Daytona 500 2022

(Collaboration spéciale, Arnaud Rémy US-Racing.com)

L’un des pilotes les plus inattendus à tester la NextGen hier sur le Daytona International Speedway était peut-être le vainqueur de l’Indy 500 en 1995 et champion de Formule 1 en 1997, Jacques Villeneuve. Le Canadien de 50 ans a piloté la Ford n°27 de l’équipe Hezeberg, basée aux Pays-Bas. Il a réalisé des temps au tour le plaçant au milieu du peloton malgré le fait qu’il n’a pas été dans une voiture de NASCAR Cup Series depuis des années en dehors d’un test au Charlotte ROVAL à l’automne dernier.

Il avait manqué sa place sur la grille de départ des Daytona 500 2008 après avoir terminé 23ème de sa course qualificative. Mais le 11 fois vainqueur en F1 a déclaré qu’il espérait vraiment participer aux Daytona 500 du 20 février 2022. Il est très intéressé par la façon dont ces nouvelles voitures Next Gen se sont comportées lors de ces essais à Daytona.

Villeneuve connait déjà la NASCAR

Il compte déjà quatre départs en NASCAR Cup Series. Le dernier en 2013 sur le circuit routier de Sonoma, en Californie. Il a terminé 4 fois dans le Top-5 en neuf départs en NASCAR Xfinity avec une 3ème à Montréal en 2010 et 2012 et à Road America en 2011.

Villeneuve a couru à temps plein dans les NASCAR Whelen Euro Series l’année dernière et remporté deux courses.

« Je n’ai jamais arrêté de courir, c’est juste une question d’opportunité et je vis en Europe, il est donc un peu plus difficile de se concentrer sur la course ici en Amérique du Nord »,

a déclaré Villeneuve

La petite équipe Hezeberg pour laquelle il pilote devait à l’origine mettre un membre de sa famille dans la voiture. Le pilote prévu n’est malheureusement pas encore approuvé pour la série, selon Villeneuve.

Une place sur la grille loin d’être garantie

« Pour le moment, nous nous concentrons sur Daytona et j’espère que nous ferons plus de courses Je me sentais bien. J’ai fait quelques tours sur le ROVAL, mais je devais revenir sur le speedway, c’est LA course. Il y a quelques courses dans le monde qui se démarquent, l’Indy 500, les 24 Heures du Mans et Daytona. Cela fait donc partie de ce très petit groupe de courses et de pistes spéciales sur lesquelles il faut piloter. »

« La dernière fois que j’étais dans le garage de la NASCAR, c’était il y a de nombreuses années. C’est une course très spéciale et difficile d’accès. Pour être sur la grille vous devez d’abord qualifier au temps et ensuite faire un bon résultat dans les Duels. Cela rend donc les choses un peu plus stressantes. »

Laisser un commentaire

Scroll to top