Joël Brûlé quitte le St-Guillaume Super Speedway.

Crédit photo : Daniel Mailhot

Toute une bombe qui tombe en ce moment dans le monde des courses.

Après avoir annoncé, il y a quelques semaines, en exclusivité sur le 360nitro.tv, la mise en vente officielle de l’autodrome Drummond, voilà qu’une autre tuile tombe sur la tête des amateurs de courses mais, cette fois-ci, du côté du St-Guillaume Super Speedway.

Le promoteur du House Of Dirt, Joël Brûlé nous annonce qu’il ne sera plus aux commandes de l’ancien Stadiume de St Guillaume.

Mais ‘’ BOUT DE VIARGE » que se passe- t-il présentement dans le monde des courses ?

Depuis quelques semaines, je trouvais que c’était silence Radio du côté du prometteur Joël Brûlé, lui qui avait connu une belle année 2021, malgré les circonstances en raison de la pandémie. Même qu’à l’automne, via Facebook, le promoteur multipliait les vidéos sur les grands changements qui se faisaient à St-Guillaume pour partir la saison 2022 en force. Il était fébrile de faire sa place parmi les promoteurs au Québec. Il était en train de redonner les lettres de noblesse au vieux stadiaume qui, disons-le, avait perdu son lustre depuis quelques années. Mais en apportant des gros changements majeurs dans les infrastructures, surtout au niveau de la piste de courses et également avec l’ajout de l’éclairage aux lumières Del, il avait aussi des projets avec les Sprint Crate Québec, lui qui était rendu le grand manitou de cette série. Il avait le vent dans les voiles.

Mais, dans les dernières semaines, le vent ne semblait plus souffler beaucoup !
Devant ce vent silencieux anormal, j’ai joint Joël Brûlé au téléphone pour prendre de ses nouvelles et, du même coup, lui demander s’il avait une primeur à me donner pour 2022.
Voilà qu’il me répond d’un air abattu : « Tu veux une primeur, je vais t’en donner une ! Je ne suis plus le promoteur du St-Guillaume Super Speedway ! »

BEN VOYONS ! Arrête de me niaiser…. Le premier avril, c’est juste dans 3 mois!
« Je ne te niaise pas du tout, je ne peux pas, pour le moment, te dire la raison, mais la seule chose que je peux te dire c’est que Joël Brûlé n’est plus promoteur du St-Guillaume Super Speedway. »
 

J’ai essayé de lui tirer les vers du nez pour savoir le comment et le pourquoi, mais il ne voulait rien me dire.

« Steve la seule chose que je veux que tu saches et que les gens doivent savoir, je n’ai pas démissionné, ce n’est pas une question d’argent, j’ai mis tout mon cœur et du gros jus de bras là-dedans. On a fait une saison 2021 avec seulement 6 courses et, malgré la pandémie, on s’en est quand même sorti pas pire. Plusieurs personnes ne croyaient pas en nous, mais nous avons quand même fait des bonnes choses. J’avais de belles idées et plein de projets pour 2022, mais des décisions hors de mon contrôle et les incertitudes de la fameuse pandémie font en sorte que je dois me plier à la situation. »

Je reviens à la charge….. C’est quoi la situation ?
-« t’es ben fatiguant ! Essaie pas…. Tu ne le sauras pas ! ! Je veux que tu saches une chose, moi et Junior Pouliot on est en bon terme et on a une bonne relation.

Même si j’entendais quelqu’un au bout de la ligne découragé et avec un sentiment d’amertume de ne pas avoir réussi à mener à terme un de ses rêves de jeunesse, il semblait quand même serein avec la décision.

De l’autre côté, j’ai fini par creuser un peu plus en contactant le propriétaire de la piste Junior Pouliot.
Il semblait, à ce moment-ci, quelque peu surpris de la réaction de Joël, mais comprend que depuis un an et demi, plusieurs personnes veulent acheter le St-Guillaume Super Speedway.

Il a reçu plusieurs offres et, disons-le, la pandémie fait en sorte que les priorités changent et le fait que des acheteurs se manifestent plus sérieusement, cela enlève d’avantage le désir de Joël à vouloir continuer l’aventure avec cette incertitude qui plane au-dessus de lui, même s’il n’y a rien présentement de signé officiellement…

Junior Pouliot comprends très bien la réaction de Joël, car avec tous les facteurs énumérés plus haut ça devenait plus difficile pour lui d’avoir la tête tranquille de planifier à long terme, même si au début de l’entente il s’avait fort bien que la piste pouvait changer de main .


Maintenant, il arrivera quoi avec le St-Guillaume Super Speedway ? Sera-t-il-vendu dans un avenir très très rapproché ?  Qui prendra la relève? Est-ce que la vocation d’une piste de courses est terminée à St-Guillaume? Est-ce que les gros changements qui prenaient forme commençaient à déranger ?
Pour le moment, impossible d’avoir plus d’information.

Une chose est sûre, je lève mon chapeau à Joël Brûlé. J’ai fait partie de ceux qui doutaient de lui, mais avec sa blonde, sa mère et ses amis, il a redonné du lustre à cette piste. Il a eu le courage de vouloir faire partie de la 4e et même de la 5e roue du carrosse comme promoteur d’une piste de courses en voulant s’aventurer, à présenter des programmes, le dimanche soir. Il a même dû faire face à des mécontents pour la décision de présenter des courses Modifiés en même temps que le GP3R. Cela ne lui a pas attiré une trop grande sympathie dans le milieu des affaires.

Maintenant que va-t-il se passer avec la piste de Junior Pouliot et surtout quand ?
Les paris sont ouverts !

Président / Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Steve Berthiaume

Laisser un commentaire

Scroll to top