Heureusement il n’y a pas eu de blessé !

Ce que l’on devrait retenir du Echo Park Automotive Texas Grand Prix

Définitivement, la saison 2021 de la Coupe NASCAR n’a pas fini de nous surprendre. Il est vrai que l’on s’attendait tous à une course unique en circuit routier au Circuit Of The Americas de la part des experts de NASCAR. Mais personne n’avait vu venir la pluie…que dis-je, le déluge!

Lorsque j’ai commencé à regarder cette course, j’ai applaudi l’incroyable hardiesse du jeune Austin Cindric (Mustang no 33) . Malgré une petite bruine, il réussissait à semer TOUS les autres pilotes sur le (superbe) circuit et ce, avec des pneus lisses (slicks) alors que les autres s’arrêtaient aux puits pour passer aux pneus de pluie. Jusque-là, je croyais qu’il deviendrait la «vedette» de cette course.

Mais la situation a commencé à tourner au drame! La pluie (pourtant très annoncée) a pris de l’ampleur et la course est devenue vraiment périlleuse! Je me suis senti transporté dans le passé, en 2008 alors que j’étais «pit reporter» à la télé d’un important réseau sportif. Malgré une pluie fine qui s’était mise à tomber, les dirigeants de NASCAR, le sympathique Joe Balash en tête, ont décidé de donner, malgré tout, le départ du NAPA Pièces d’Auto 200. Ça ne s’était jamais vu, du NASCAR sous la pluie (il y a déjà eu une course de démonstration au Japon sous une fine pluie quelques années auparavant mais ce n’était pas pour un championnat!). Ironiquement, tous les observateurs négatifs de l’année précédente qui avaient prédit une catastrophe, car, selon eux, les freins ne tiendraient pas le coup (ce qui ne s’est pas produit), ont rappliquée en avançant que les autos NASCAR sous la pluie serait une catastrophe car les pneus que Goodyear avaient apportés étaient déjà trop vieux (dix ans en entrepôt) et qu’ils éclateraient comme des ballons. Un seul aura éclaté sur la voiture de Clint Bowyer! Mais avec une pluie de plus en plus forte et un ciel de plus en plus sombre, Joe et son équipe de NASCAR ont dû mettre un terme à l’épreuve dont le vainqueur aura été le canadien Ron Fellows! Et tout le monde s’est amusé.

Disons que dimanche dernier, les pilotes ne s’amusaient plus (enfin, la plupart d’entre eux). NASCAR non plus. Et la pluie a continué de battre! Mais si certains braves continuaient la course comme si rien n’était, chez NASCAR on s’inquiétait! La décision fut prise d’arrêter la course couronnant ainsi Chase Elliott (qui partait comme grand favori). Certains pilotes ont exprimé leur mécontentement après l’épreuve, Kevin Harvick étant le plus éloquent du groupe! Il disait n’avoir jamais autant risqué sa vie de pilote ! Effectivement, les pilotes ne voyaient plus rien à cause de l’éclaboussement provoqué par l’eau soulevée par les pneus. Mais, malgré certains accidents violents, personne n’a été blessé. (Nascar reconnait ses erreurs)

Qu’est-ce qu’on a donc appris après de demi-succès? Qu’il pourrait pleuvoir sur une épreuve NASCAR en circuit routier ! Et que l’on devait courir quand même (les plus aguerris de nos lecteurs se souviendront que l’ancienne vedette Jackie Ickx devenue directeur de la course de Monaco en Formule Un avait, en 1984, stoppé l’épreuve à cause de la pluie diluvienne (ce fut d’ailleurs la seule courses où il aura plu cette année-là!)! Malgré cette décision raisonnable, Ickx fut critiqué. Mais cela n’a pas freiné l’évolution de la Formule Un. Il devrait en être de même pour NASCAR!

Après son accident dimanche, Harvick a aussi déclaré que les autos de la Coupe n’étaient pas faites pour courir sous la pluie. Il y aura cinq autres courses en circuit routier d’ici la fin de la saison en Coupe NASCAR. Il pourrait pleuvoir sur une ou plusieurs de ces courses. Et NASCAR ne pourra pas reculer. NASCAR pourrait, par contre, devoir revoir la configuration des carrosseries et des puits d’aile des autos de 2022 pour limiter ce phénomène de jet d’eau.  

Oui, les autos de la Coupe changeront complètement pour 2022. Qui plus est, elles auront des jantes de 18 pouces pour lesquelles Goodyear devra développer de nouveaux pneus. Et il devrait y avoir plus d’épreuves en circuit routier, donc des risques de courses sous la pluie! NASCAR ne peut pas se permettre de retarder ou de déplacer ses épreuves si l’organisation veut conserver sa place de choix à la télé! Les horaires doivent être respectés.

Si la victoire d’Elliott était non seulement prévue mais aussi attendue, il faut souligner l’excellent travail de plusieurs autres pilotes, surtout des jeunes comme Cindric ou Chase Briscoe ou encore Ross Chastain. Soulignons que la victoire d’Elliott ajoute une épine au pied de NASCAR qui ne devrait accepter que 16 gagnants dans ses Éliminations finales! Il y a déjà 11 pilotes sûrs d’y participer (que deux «repeat» parmi les victorieux) et 13 épreuves à faire ! Méchant problème!

Avec ce groupe de jeune pilotes qui s’illustrent de plus en plus en NASCAR (imaginez, Harvick qui avait neuf victoires et Hamlin qui en avait huit n’ont pas encore gagné de course!), ses dirigeants devront se pencher sur cet «heureux» problème. La relève et une nouvelle époque y sont maintenant, NASCAR doit maintenant composer avec!   

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Scroll to top