3

Que devons-nous retenir de la saison 2020 de la NASCAR Cup ?

Crédit photo : Brian Lawdermilk / Stringer

C’est plutôt intriguant de voir comment la saison 2020 de la Coupe NASCAR s’est terminée sans qu’il n‘y ait plus de suite. Dans le passé, le champion passait à tous les postes de télé aux États-Unis, les bilans n’en finissaient plus d’être télédiffusés ou publiés et des analyses, il y en avait en quantité. Est-ce moi ou tout cela s’est terminé en queue de poisson en 2020? Et n’allez surtout pas blâmer la COVID encore une fois. Pourtant, la saison de la Coupe qui s’est terminée en novembre dernier a de quoi pour passer à l’histoire. Que doit-on en retenir?

  1. Sa résilience !

Je crois que l’évènement marquant de la saison 2020 de la Coupe NASCAR aura été sa résilience. Alors que tous les autres sports se renfermaient sur eux-mêmes lors du «confinement» printanier, les dirigeants de NASCAR ont eu l’audace de tenir des épreuves sans spectateurs, voire même sans préparations autres que celle en atelier. Pas même de pratiques ou de qualifications. On «embarque su’à track» et on court! Résultat? Des épreuves intéressantes avec des résultats…parfois presque prévisibles. Qu’importe, les autres sports auront emboîté le pas à NASCAR, même la si prétentieuse Formule Un aura compris que si elle voulait demeurer sous les projecteurs, elle devait imiter NASCAR!

Qui plus est, tout semble indiquer que certaines dispositions prises en 2020 (dont des programmes doubles et des week-ends plus condensés) reviendront en 2021. Serait-ce suffisant pour raviver l’engouement pour les courses de NASCAR ?

  • Des règlements à revoir pour la finale ?

Pour bien des admirateurs du jeune Chase Elliott, gagner le championnat de NASCAR était enfin la réponse à leurs rêves. Tant mieux pour eux! Mais plus d’un amateur de NASCAR doit se demander comment cela fait-il que Kevin Harvick, celui qui a eu le plus grand nombre de victoires de la saison (onze), n’ait pu se rendre à la grande finale ? On s’attendait pluôt à un duel à finir entre Harvick et Denny Hamlin ! Ne devrait-il pas y avoir une règle qui inclurait la présence du champion de la saison régulière à cette dernière course? Pourtant, NASCAR sait se montrer flexible quand la situation l’exige, un peu comme c’en fut le cas il y a quelques années quand Kyle Busch a gagné son premier championnat malgré le fait qu’il ait manqué presque une demi-douzaine de courses suite à un accident en début de saison…Pourtant, le règlement est précis : il faut avoir participé à TOUTES les courses de la saison pour être éligible au championnat. Alors, les règlements de la série d’élimination de la Coupe NASCAR doivent-ils être révisés?

  • NASCAR et le racisme

Il n’y a pas beaucoup de pilotes autres que des «blancs» en NASCAR. Pourtant, les Afro-Américains sont légion dans tous les autres sports nord-américains. Mais pas en course automobile en Amérique. On pourrait avancer que ceux-ci sont moins avantagés par leur situation économique, la course automobile étant un «sport de riches». Un instant…le champion mondial en Formule Un n’est-il pas d’origine africaine? NASCAR compte, dans son histoire, un seul véritable «héro» de la même origine, Wendell Scott qui n’aura connu qu’une seule victoire en ce qui est convenu d’appeler aujourd’hui la NASCAR Cup (autrefois Grand National) durant les années soixante. Durant les dernières années, le «King» de NASCAR n’a pas hésité à embaucher l’étoile montante «Bubba» Wallace dont la mère est une afro-américaine pour conduire sa légendaire auto no 43. Malgré un succès mitigé en piste, Wallace a su se tailler une belle réputation. Toutefois, c’est dû à une sorte de «farce plate» (ou d’une erreur d’interprétation)  ressemblant à un nœud de potence que sa réputation a pu grimper de plusieurs échelons et cela, en plein durant le soulèvement créé par le mouvement «Black Lives Matter». Et NASCAR s’est prononcé ouvertement contre le racisme de diverses façons…il faut dire qu’une «erreur» d’une autre vedette montante, Kyle Larson (lui-même issu d’une famille dans laquelle la mère est d’origine plus près des Asiatiques) qui a laissé échapper une allusion aux Afro-Américains sur les ondes de la télé (il croyait les micros d’une émission de courses virtuelles fermés) en parlant à un de ses amis lui a valu une suspension pour la saison et la perte du volant qu’il conduisait (et de ses commanditaires). Heureusement, suite à une session de «rétablissement», il sera de retour l’an prochain avec l’équipe de Hendrick…encore une preuve de la résilience de NASCAR…Résultat? Wallace sera, lui, de retour en 2021 dans une équipe propriété de Michael Jordan, une vedette afro-américaine du basketball. Doit-on s’attendre à voir d’autres équipes du genre proliférer en NASCAR?

  • L’arrivée de circuits routiers et une première course sur pavé mouillé

NASCAR n’a jamais beaucoup encouragé les épreuves sur circuit routier. Mais depuis l’arrivée de celle sur le circuit (rapidement créé) Roval de Charlotte, l’intérêt des amateurs de NASCAR pour cette configuration d’épreuve a pris de la vigueur. Si les courses de Watkins Glen et Sears Point ont dû être éliminées cette année, celle de Daytona aura ouvert les yeux de bien des observateurs surtout qu’elle a débuté sur un tracé mouillé pour la première fois dans l’histoire de ce championnat (NASCAR avait, auparavant acquis de l’expérience dans ces conditions en Xfiniti dont au Circuit Gilles-Villeneuve à Montréal). Résultat? Le public a aimé et NASCAR a commencé à ajouter des épreuves en circuit routier à son calendrier de 2021 ! Oh! Et n’oublions pas le retour des courses de la Cup sur terre battue en 2021! Du pas vu depuis 1966!

  • Déception et départs des légendes

D’un point de vue humain, d’autres événements se sont produits qui auront changé la face de NASCAR, celui des échecs de grands champions et le départ de quelques vedettes dont celui du légendaire Jimmy Johnson. Pourtant sept fois champion de la série NASCAR, ce dernier n’a gagné, encore une fois, aucune course durant la saison 2020. Il avait annoncé son départ de la série (avec la possibilité de revenir pour quelques courses) mais à la grande surprise de tous, Johnson s’est retourné vers la série IndyCar pour…continuer sa carrière pendant au moins deux ans! Dans le passé, c’était le contraire qui se produisait! Clint Bowyer a aussi tiré sa révérence avec aucune victoire en 2020! Dans son cas, ce sont les studios de télévision qui l’ont attiré (comme bien d’autres d’ailleurs qui ont aussi déplacé les journalistes «connaisseurs» de leur métier). Ah oui! Et le vétéran Tony Stewart qui veut se lancer dans les courses d’accélération !!!

Autre déception, la grande vedette Kyle Busch n’aura gagné qu’une seule course en 2020. En fait, sauf pour le vétéran Denny Hamlin (7 victoires), on ne peut pas dire que l’autrefois si puissante équipe de Joe Gibbs ait été aussi visible cette année (la seule autre victoire des Toyota en 2020 outre celles de Hamlin aura été celle d’Erik Jones mais que pour une course hors-concours, le Busch Clash).

  • Have at it, boys (???)

Il y a quelques années de cela, Mike Helton, alors président de NASCAR, avait incité les pilotes à redonner un spectacle aux amateurs de la série en leur disant : «Have at it, boys» (Défoulez-vous, les gars). À partir de ce moment-là, les pilotes n’ont pas hésité à se donner des coups d’ailes ou de pare-chocs qui, dans nos séries locales, auraient été fortement réprimandés! Malheureusement, certains de ces contacts volontaires se sont faits sur des circuits ultra-rapides comme à Talladega ou encore à Daytona. On approuve ou on n’approuve pas… Cependant, force nous est de reconnaître que de telles manœuvres peuvent apporter des conséquences dangereuses. Si, dans le passé, certaines cabrioles se sont terminées sans blessure (ou, pire encore, sans fatalités), les derniers mètres du Daytona 500 de février dernier (première course de la saison) ont été le théâtre d’un accident effroyable. Nombreux sont ceux qui ont cru que l’on avait vu en direct la mort du pilote Ryan Newman qui se dirigeait vers la victoire. Heureusement, quelques jours plus tard, Ryan sortait de l’hôpital sur ses deux pieds en compagnie de ses petites filles. Tout le monde a poussé un grand soupir de soulagement…Mais dans le fond, ceux qui sont des amateurs de courses internationales sérieuses se sont demandés si, un jour, NASCAR n’établirait pas des règles moins permissives qui, avouons-le, sont un peu devenues la signature des finales de Daytona et Talladega. Personnellement, je vais vous avouer que je ne suis pas un fan de ces gestes de désespoir pour gagner une course. C’est, comme on dit chez nous, «cheap»…

  • Une finale plate à mourir…

Enfin, la dernière épreuve de la saison, celle de Phoenix, une course tant attendue, a été «plate à mourir». Rien à dire…juste plate ! Très peu de drapeaux jaune, une procession de voitures se suivant à la queue leu-leu. Certains diront que voir Chase Elliott partir de la dernière position (l’auto n’avait pas passé l’inspection) aura été tout un spectacle, celui-ci s’est vite retrouvé parmi les dix premiers en moins de trente tours pour finalement gagner (un peu facilement) la course et le championnat. Curieusement, les quatre pilotes éligibles au championnat se sont tenus en ligne sans grand lutte entre eux. Ils ont même terminé dans l’ordre qu’ils se sont présentés à l’épreuve! Il n’y a pas eu de compétition alors que tant d’amateurs auraient voulu voir une bataille rangée entre Kevin Harvick et Denny Hamlin…Elle n’aura jamais eu lieu!

Quelques mordus de NASCAR ont commencé à se poser la question, le championnat d’Elliott aurait-il été arrangé (il n’a réussi qu’à la toute dernière course avant la finale à se glisser parmi les quatre participants à la finale) avec une course sans action à Martinsville et surtout une compétition aussi prévisible à Phoenix? Même des amateurs de Chevrolet m’ont avoué avoir craint cette même hypothèse car la marque n’a pas été dans le coup depuis trois ans alors qu’auparavant,  celle-ci trônait depuis des années au sommet de la popularité des marques chez NASCAR…

Vers 2021

Après avoir «analysé» toutes ces données, regardons vers 2021. Les changements seront nombreux, surtout au niveau du choix des circuits et au niveau des jeunes recrues qui s’imposeront. Néanmoins, s’il y a une chose que nous ne souhaitons tous ne pas revoir, ce sera la COVID et ses affres. Malheureusement, comme on peut tous le constater, ce ne sera pas au Daytona 500 que l’on verra des estrades pleines… misère!

5 1 vote
Article Rating
Éric Descarries
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries
guest
3 Commentaires
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Rejean leclerc
Rejean leclerc
16 jours il y a

Rejean leclerc

Éric Descarries
Eric Descarries
15 jours il y a
Reply to  Rejean leclerc

Malheureusement, je n’ai pas pu lire votre commentaire, il ne paraît pas. Pourriez-vous me le renvoyer?

andre Paquin
andre Paquin
17 jours il y a

bump and pass tres décevant =pas( capable de dépasser tasse toi mononcle) tres bon commentaire

Scroll to top
error:
3
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x