Saucette à Atlanta pour un 90 tours

La série NASCAR CUP Autodrome Chaudière présentée par LM Production et 360Nitro.tv débarquait à l’Atlanta Motor Speedway pour sa seconde course de la saison.  Dave Coursol (no 54), Jean-Philippe Bergeron (no 18) et Félix Gratton (no 6) de l’écurie «Dark Horse Racing» en étaient à leur première apparition dans la série après avoir manqué la première épreuve de la semaine dernière à Daytona.

Nous avions droit à un plateau de 42 voitures pour ce second chapitre de la saison qui comptait 90 tours. Avant le départ les trois premières positions au classement général étaient occupées par François Benoit (no 711), Jean-Francois Pilote (No 213) et Frédéric Ladouceur (no 51).

Comme le mentionnaient les membres de l’équipe de SFTV, la configuration du circuit d’Atlanta présente dans Iracing est celle d’avant 2017, année à laquelle le circuit avait été repavé. L’ovale n’a jamais été numérisé depuis ce temps. J’ai bien aimé avant le départ de la course le tour de piste fait par la voiture SFTV qui mettait en évidence les différents éléments techniques qu’avaient à affronter les pilotes durant la soirée, une excellente idée venant ajouter un gros plus à la présentation de l’évènement.

Place à la course

Les bolides conduits par François Benoit (no 711) et Serge Larouche (No 65) s’élançaient de la première ligne. Juste derrière eux, Jean-Raphaël Morin (No 23) et Michael Lortie (No 360) partaient en troisième et quatrième position.

Quelques tours après la départ, Jonathan Dvaranauskas (no 27) a causé la première neutralisation de la soirée. Pendant ce temps, Fred Moreau qui était dans le top 10 en a profité pour faire un premier arrêt aux puits hors séquence par rapport aux autres concurrents.

L’épreuve était divisée en deux segments respectivement de 35 et 55 tours.  Le second drapeau jaune survenu au 20ieme tour a incité plusieurs pilotes à faire un arrêt aux puits incluant Jean-Philippe Bergeron qui, au volant du bolide no 18, y a été pour seulement deux pneus.

Un méga accident survenu au 24ème impliquant une douzaine de véhicules est complètement venu mêler les cartes. Encore une fois, plusieurs voitures en ont profité pour effectuer un ravitaillement.  Le premier segment a été remporté par François Benoit (no 711) suivi par Frédéric Ladouceur (no 51). Benoit a dû défendre chèrement sa position contre Ladouceur tout au long de cette première partie de l’épreuve.

Dès le début du second segment, Frédéric Ladouceur a rapidement pris la position de tête sur François Benoit. Cependant, Benoît n’a pas lâché prise et a repris presque aussitôt le rôle de meneur. Jean-François Lavoie, pilote de la voiture no 397 aux couleurs de BTM, s’est retrouvé en dérapage dans le bas du virage numéro causant ainsi la première neutralisation du second segment. Lavoie occupait alors le dixième rang. Il a conclu sa soirée de travail en terminant trentième.

Au 50ème tour, Jean-Philippe Bergeron (no 18) et Fred Moreau (no 5) se pointaient le visage à l’avant du peloton. Les deux protagonistes ont d’ailleurs pris rapidement Benoît en chasse. Pendant ce temps, Félix Gratton était en quatrième position se rapprochant dangereusement du groupe de tête.

Une touchette avec le mur

Avec un tel niveau de compétition en piste, une petite erreur peut s’avérer coûteuse. Au 56ème tour Jean-Philippe Bergeron a accroché le mur. Benoît n’ayant pu l’éviter, il est lui aussi entré en contact avec le muret de protection.  Ladouceur s’est retrouvé pris derrière son coéquipier et a, malgré lui, perdu quelques places et glisser, tout comme Benoît.  Pendant ce temps, Fred Moreau (no 5) s’emparait de la tête.

Vers le 67ème passage, la valse des arrêts aux puits sur le vert à débuté pendant que les meneurs se faufilaient aux travers des retardataires. Avec 20 tours à faire, il y avait de belles batailles tout autour du circuit.

Avec seize tours à compléter, Fred Moreau, qui occupait alors la 8ème position, a commis une erreur et il a échappé son bolide dans le virage numéro 3 pour aboutir dans la ligne des puits. Moreau a, par la suite, abandonné l’épreuve. Au 84ème tour, une touchette entre Dave Coursol (No 54) et François Benoit est venue ruiner la course de la voiture 711.  Quelques secondes avant l’incident, Benoit avait poussé Coursol sur le pare-chocs. Lorsque Benoit a entrepris sa manœuvre de dépassement sur la 54, cette dernière s’est légèrement rabattue sur Benoit qui en a perdu le contrôle. Un geste qui sera possiblement revu par les officiels de course.

Avec deux tours à faire, Félix Gratton (no 6) a pris la tête devant Mathieu Vachon (no 26) pour filer vers la victoire. La performance du jour revient sans contredit à Mathieu Vachon qui a clos sa soirée de travail en seconde place. Vachon qui, à l’origine, s’était élancé de la 40ème position. Un gain de 38 places au total pour ce pilote qui a su bien gérer sa course. Seulement 10 voitures ont terminé sur le tour des meneurs,

Top 5 Atlanta Motor Speedway

  1. Félix Gratton (Chevrolet no 6)
  2. Mathieu Vachon (Chevrolet no 26)
  3. Kevin Parenteau (Chevrolet no 100)
  4. Bruno-Pier Painchaud (Chevrolet no 729)
  5. Kevin Proulx (Toyota Camry no 92)

En conclusion

L’épreuve d’Atlanta nous a offert un excellent spectacle avec plusieurs revirements spectaculaires. Le reste de la saison risque d’être fort prometteur. Les problèmes de diffusion rencontrés la semaine dernière ont, dans l’ensemble, été réglés. Cependant, plusieurs spectateurs semblent avoir eu de la difficulté à suivre le déroulement de l’épreuve car le classement n’a pas été visible de la soirée.  iRacing ne semble pas faire la vie facile aux gens de SFTV qui ont éprouvé quelques petits problèmes d’infographie rendant difficile de suivre le spectacle.

0 0 vote
Article Rating
Francois Richard
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Francois Richard
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x