Ford Expedition FX4 et nettoyage antivirus

Crédit photo : Éric Descarries

Ça y est, le COVID-19 frappe aussi l’industrie automobile. Plusieurs constructeurs automobile ont décidé de retirer leurs voitures de presse pour contribuer à la guerre au coronavirus. Certains autres maintiennent quelques véhicules à notre disposition mais ils nous demandent de désinfecter les volants, commandes, poignées, attaches de ceinture de sécurité et autres afin de participer à cette opération d’hygiène. Dans mon cas, j’ai réussi à me réserver quelques véhicules intéressants alors que j’ose espérer que les constructeurs ne me les «enlèveront» pas à la dernière minute!

La semaine dernière, je devais conduire une «nouveauté» mais le hasard a voulu que le véhicule fasse défaut. On m’a donc proposé une voiture qui avait déjà été un sujet dans ce blogue trois fois et un «gros» Ford Expedition qui m’a aussitôt emballé puisqu’il ne s’agissait pas d’une version haut-de gamme complètement équipée mais plutôt d’une version toute nouvelle et plus costaude FX4 avec des équipements hors-route modérés. En général, ce genre de véhicule devrait intéresser plutôt les amateurs de caravaning qui doivent tirer de grandes remorques ou de «petites» familles avec quatre ou cinq enfants qui aiment avaler de la route! (Notons aussi que l’Expedition sera également offert avec une nouvelle finition King Ranch nettement plus luxueuse!)

Le grand VUS Expedition de Ford est maintenant offert en version FX4 pour excursions hors-route. (Photo Éric Descarries)

Récemment redessinée, cette camionnette a su capter l’attention de bien des consommateurs qui l’ont choisi face aux concurrentes Chevrolet Tahoe et GMC Yukon. Notons que l’Expedition FX4 est aussi disponible en version allongée Max.

La finition FX4 arrive avec des plaques de blindage qu’on ne peut voir sur cette photo. (Photo Éric Descarries)

Encore une fois, je vous laisse l’opportunité de critiquer ou d’apprécier les lignes de l’Expedition (n’oubliez pas que ce grand VUS a une carrosserie d’aluminium). En ce qui me concerne, je dirais que le Ford semble avoir des proportions moins exagérées que les look un peu «grotesque» des GM (courts) dont la caisse me semble très courte et moins effilée. Dans le cas de ces derniers, leurs versions Suburban et Yukon XL me paraissent avoir une ligne mieux équilibrée.

Le seul moteur disponible dans l’Expedition est le V6 Ecoboost qui n’a plus besoin de présentation. (Photo Éric Descarries)

Toutefois, c’est sous le capot que la différence se présente (notez que GM nous proposera des Tahoe et Yukon redessinés dans un avenir plus ou moins rapproché). Alors que GM offre toujours des V8, le seul moteur disponible dans le Ford Expedition demeure le V6 Ecoboost de 3,5 litres de 375 chevaux combiné à une boîte automatique à 10 rapports. Au Canada, seule la motricité aux quatre roues sur commande est disponible (les Américains ont droit à la propulsion seulement, s’ils le veulent !). Et vu que c’est une version FX4 destinée aux excursions hors-route (qui pourrait également attirer certains travailleurs de la forêt et du plein air), cet Expedition est équipée de pneus tous terrains de 32 pouces (sur ce véhicule de presse, il s’agissait de pneus Yokohama Ice Guard d’hiver), d’amortisseurs tout-terrain, d’un pont arrière avec glissement limité par électronique, de marche-pieds chromés et d’ornementations FX4 extérieures et intérieures. Pour ceux qui seraient tentés par des excursions hors-route plus audacieuses, le FX4 a également sept plaques de protection (skid plates) dont certaines sont conçues pour protéger les interrefroidisseurs des turbos du sable alors que les autres protègent le boîtier de direction, le moteur, la boîte de vitesses et le boîtier de transfert. Une plaque encore plus longue protège, elle, le réservoir d’essence. Pour les amateurs de caravaning ou de remorquage, mentionnons que cet Expedition est capable de tirer jusqu’à 9300 livres (selon l’équipement choisi)

  • Le tableau de bord inclut divers systèmes dont ceux de navigation et de divertissement en plus des prises USB pour AppleCarPlay et Android Auto. (Photo Éric Descarries)
  • Les commandes de la console incluent le bouton rotatif pour le passage des vitesses et les commandes pour passer de 2 à 4 roues motrices. (Photo Éric Descarries)

Sauf pour l’ornementation FX4, l’intérieur de ce grand Expedition est très semblable à celui de tous les autres Expedition avec un tableau de bord ressemblant à celui d’un F-150. Notons que cette année, Ford inclut le système de divertissement Sync-3 à tous ses Expedition ainsi que le système d’aide à la conduite Co-Pilot360. La version FX4 vient avec des caméras dont celles d’avant en situation hors-route. Évidemment, il y a de la place pour sept personnes à bord. Avec l’option 202A, mon Expedition avait aussi le volant et les sièges avant et arrière chauffants, le démarreur à distance et l’ouverture du hayon arrière par mouvement du pied.

  • Il est possible d’obtenir des sièges baquets ou une banquette au centre. (Photo Éric Descarries)
  • La banquette toute à l’arrière est plus confortable que celle de bien des concurrentes. (Photo Éric Descarries)
  • L’espace de chargement peut sembler un peu étroit une fois les dossiers en place…(Photo Éric Descarries)
  • …mais l’Expedition se transforme en véritable fourgon lorsqu’ils sont tous rabattus. (Photo Éric Descarries)

En ce qui a trait à cet aménagement intérieur, mentionnons qu’il est vaste et que les sièges arrière ont des dossiers rabattables (les derniers par commande électrique) qui transformeront le VUS en véritable fourgon capable de transporter d’imposantes charges.

Sur la route

Malheureusement, je n’ai pas eu l’opportunité de conduire ce FX4 en situation hors-route car les conditions météo ne me permettaient pas d’exploiter mes terrains préférés (la boue étant trop profonde pour s’y risquer…). Toutefois, certaines rues de la région montréalaise et de la région lavalloise pourraient très bien se substituer à des sentiers hors-route!

Mais j’ai pu conduire cette camionnette encore une fois en diverses conditions urbaines et autoroutières. Au risque de me répéter, voilà le type de véhicule que j’aimerais utiliser pour de longs voyages comme aller en Floride, par exemple. Malgré une direction un peu floue, ce grand Ford se conduit très bien et il procure une tenue de cap solide qui ne demande pas beaucoup de correction.

Le moteur V6 Ecoboost qui anime ce Ford est tout simplement surprenant. Ses 375 chevaux permettent des accélérations étonnantes alors que la boîte auto à dix rapports procure des reprises rassurantes. On sent même cette transmission travailler à la décélération ce qui est encore plus évident en mode de remorquage (Tow/Haul) même si le conducteur peut contrôler lui-même le passage des vitesses. Incidemment, c’est une clé rotative qui sert de levier pour passer les rapports! Ce qui étonne un peu, c’est le son des échappements qui se fait entendre dans l’habitacle. Il n’est pas agaçant mais il demeure audible. N’est-ce pas ce que tout automobiliste un peu conscient de sa conduite recherche? Le freinage est nécessairement tributaire du poids élevé du véhicule (près de 6000 livres malgré sa carrosserie d’aluminium) mais il demeure très efficace. En voyage, la visibilité y est très bonne et les sièges confortables. Même ceux de la troisième banquette sont acceptables, surtout supérieurs à certains modèles de la concurrence. La suspension arrière étant indépendante, le VUS est plus confortable sur la route, surtout pour les passagers d’arrière. Et disons qu’elle aide un peu sur les routes endommagées, surtout celles des grandes villes. Elle empêche beaucoup le sautillement du pont arrière!

En ville, c’est une autre chanson. L’Expedition est plutôt volumineux mais il n’est pas pire qu’un pick-up! Il demande un peu de travail pour le garer dans les stationnements de centres commerciaux. Toutefois, pour suivre la circulation, vous n’aurez aucune difficulté, le V6 étant très flexible.

Maintenant, la question qui tue! Elle m’a même été posée par d’autres automobilistes qui ravitaillaient leur petit VUS à un poste d’essence. Quelle en est la consommation? J’ai obtenu, en plein hiver avec une utilisation plus urbaine qu’autoroutière, une moyenne de 16,1 l/100 km selon mes calculs à la pompe alors que l’ordinateur de bord indiquait 14,7 (un pick-up intermédiaire n’a fait guère mieux il n’y a pas si longtemps!). Toutefois, lors d’une randonnée sur autoroute, j’ai pu lire au tableau de bord que la camionnette faisait 10,4 l/100 km à 110 km/h. C’est là que le V6 est le plus efficace. Coup de chance, j’ai ravitaillé à quelque 55 $ le réservoir durant cette période de guerre des prix à la pompe! Autrement, il faut penser à plus de 75 $ !

Un tel camion n’est pas donné. Le prix de base d’un Ford Expedition XLT 4 x 4 2020 est de 62 500 $. Il faut alors lui ajouter les (toujours aussi ridicules) 100 $ de taxe d’accise fédérale pour le climatiseur et les 1850 $ des frais de transport et de préparation. La liste des options commence avec l’ensemble 202A (dont il est question plus haut dans ce texte) de 4950 $, les 1450 $ de l’ensemble de remorquage intense, les 2500 $ de l’ensemble de caméras hors-route, marchepieds, blindage et jantes de 18 pouces spéciales, les 450 $ de l’ensemble d’arrimage pour le coffre, les 400 $ des sièges baquets du centre, les 1850 $ du toit panoramique en verre, des 75 $ pour les carpettes et les 800 $ du système de navigation pour un prix final de 77 375 $…plus taxes.

L’Expedition ne s’adresse pas à tout le monde, on le voit bien. C’est pourquoi sa concurrence se limite à quelques véhicules dont le duo Chevrolet Tahoe-GMC Yukon mentionné plus haut, le Toyota Sequoia, le Nissan Armada (qui pourrait disparaître si Nissan décide de rationaliser sa production) alors que les autres concurrents pourraient être des véhicules de luxe ou de grand luxe comme les Cadillac Escalade, Infinity QX 80, Lexus LX 570 et autres.

Avez-vous nettoyé votre véhicule contre le coronavirus?

Si certains constructeurs ne veulent plus prêter leurs véhicules de crainte de propager le virus COVID-19, d’autres ont affecté des équipes au nettoyage intérieur de chaque véhicule à chaque échange. Qu’importe, chez nous, on préfère nettoyer encore une fois le volant, les commandes, les poignées et tout autre accessoire qui aurait pu avoir été en contact avec les mains d’une personne infectée.

Mais qu’en est-il de VOTRE voiture? Ou VOTRE camion? Vous et vos proches n’avez probablement aucun indice de contamination. Mais que savez-vous de vos passagers occasionnels? Et même vous? Savez-vous où vous avez posé vos mains? Et les sacs et paquets que vous y avez transportés? Étaient-ils vraiment «propres» ?

Un véhicule, c’est un endroit fermé d’où un microbe ou un virus ne pourra sortir. Ne vaudrait-il pas mieux y voir avant que ça vous frappe? Que diriez-vous de nettoyer votre intérieur d’autos? Il y a, d’ailleurs, de fortes chances que cet intérieur n’ait pas été nettoyé depuis belle lurette!

Il n’est pas question ici de tout passer à grande eau, surtout pas le tableau de bord. Mais d’y passer un liquide désinfectant sur un linge humide pourrait vous aider à combattre «l’ennemi invisible». Assurez-vous de ne pas mouiller les écrans à commande tactile mais ceux-ci méritent d’être nettoyés, peut-être par les produits offerts chez votre concessionnaire.

Passez votre linge sur le volant, les commandes, le levier de vitesse, les attaches de ceintures de sécurité, les poignées de portières, les appuie-bras et même le tableau de bord. Et essayez de vaporiser du produit désinfectant dans les buses d’aération. Vous n’avez certes pas la possibilité de tout nettoyer les conduits d’aération du chauffage et de la climatisation mais il faut faire au moins ce que l’on peut atteindre, n’est-ce pas?

Le blogue d’Éric Descarries est disponible ici : https://blogueericdescarries.tumblr.com/

0 0 vote
Article Rating
Éric Descarries
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x