Hathaway remporte la dernière finale Pinty’s à l’ASE !

Crédit photo : Mathieu Brière

La remise du Lucas Oil 250 2019 et des 2es finales locales

C’est par un soleil radieux que l’Autodrome St-Eustache a rouvert ses portes pour la reprise des activités après les aléas de la météo la veille. Les deuxièmes finales des séries Mini Stock (25t), Sport Compact (30t), Légende Modifiée (30t) et Sportsman Lucas Oil (50t) se sont tenues en avant-midi. La présentation du Lucas Oil 250 se fera aux alentours de 12h45

Mini Stock (25 tours)

Dès le départ, la voiture 51 de Patrick Mayo ralentit et il se retrouve à l’arrière du peloton. De beaux dépassements bien propres marquent le début de cette course, suivis d’un contact entre les voitures 1 de Johnny Pacheco et 7 de Vincent Villemaire. La voiture 1 perd une partie de son pare-chocs arrière et dégage beaucoup de fumée. De belles luttes côte-à-côte s’ensuivent et le 05 garde son avance jusqu’au drapeau à damiers.

Top 5 :

  1. Kevin Huet 05
  2. Michel Legault 93
  3. Michel Laplante 3
  4. Benoit Pépin 78
  5. Sébastien Beaudry 22

Sport Compact (30 tours)

Un départ à l’opposé de la finale précédente laisse présager une course plutôt tranquille. Un premier jaune suite au contact de la Mazda 3 de Philippe Laporte avec le mur au virage 2. Après une neutralisation de quelques tours, le plateau prend ses distances et un dépassement se produit pour la troisième place entre Steve Ladouceur et Simon Lafrance. Ladouceur gardera sa 3e position jusqu’au damier.

Top 5 :

  1. Jean-Philippe Laberge 24
  2. Arthur-Junior Parent 78
  3. Steve Ladouceur 31
  4. Simon Lafrance 44
  5. Frédérick Miron 22

Légende Modifiée (30 tours)

Une première tentative de départ se produit, mais un accrochage à 4 voitures (24, 27, 46 et 63) au premier virage cause l’avortement de la procédure de départ. La voiture 18 de Nathan Côté connaît alors tout un départ et prend la tête dès le virage 1. Mais la 44 de Stéphane Dupuis ne perd pas de temps et le talonne de très près. Partant de la pôle, Karol Thibodeau perd du terrain et se retrouve vite en 5e place. Un changement de meneur se produit au 4e tour quand Dupuis prend la mesure de Côté.

Suite à plusieurs neutralisations, la course se règle rapidement. Juste avant le drapeau à damier, le 90 de Junior Campeau part en vrille dans les airs suite à un accident avec Jpanie Lambert dans la 48 à la sortie du dernier virage. Il s’en sort indemne.

Top 5 :

  1. Stéphane Caron 99
  2. Sébastien Lapolice 11
  3. Michaël Grandmont 77
  4. Karol Thibodeau 49
  5. Nathan Côté 18

(J’avais de l’information contradictoire dans le chronométrage en ligne que je n’ai pas pu vérifier par rapport à ce que je voyais sur place, donc les résultats réels pourraient différer)

Sportsman Lucas Oil (50 tours)

Dans la dernière épreuve du programme local, les 24 pilotes de la série Sportsman Lucas Oil devront compléter 50 tours, tous sur le drapeau vert.

Les premiers tours se déroulent tranquillement, personne ne tente de grande manœuvre dangereuse et garde sa place. La 02 de Daniel Decoste prend la tête en passant la 66 de Maxime Pelletier. Après avoir passé la 66, le vétéran Stéphane Aubin commence à menacer le meneur. Il finit par le dépasser mais tout juste avant le premier drapeau jaune de la course, pour un tête-à-queue de la 38. Les positions se verront renversées.

De retour au vert, Aubin refait une manœuvre semblable et prend la tête. Un duel entre Jessy Lambert et Stéphane Gauvreau dure plusieurs tours mais les positions restent inchangées. Une attaque de longue haleine de Steve Côté sur Maxime Gauvreau se termine par le dépassement de Côté. Maxime Taillefer passe la 7 du même élan. Une nouvelle neutralisation causée par des ennuis de Stéphane Charland survient peu avant la mi-course.

Après la relance, Aubin se donne une belle avance et Decoste s’essaie sur Côté et le passe au bout de 2 tours, laissant espoir à Taillefer de passer mais Côté garde le dessus. Avec moins de 20 tours à faire, les voitures en positions 3 à 10 sont collées roue dans roue. Une sortie de piste de Décoste entraine un nouveau jaune au 35e tour.

Il aura fallu 3 tentatives pour relancer le plateau mais un incident marque la bonne fois, soit un accrochage entre Gauvreau et Taillefer. Ils seront relégués à l’arrière pour la nouvelle relance. Le pilote de la voiture 7 effectue maintes tentatives pour passer la 14 mais n’y arrive pas. Un nouveau jaune est sorti, suivi de 4 essais de relance en raison de divers incidents.

La voiture 17 roule alors soudainement très lentement et Gauvreau reçoit le drapeau noir. Avec tous les incidents des relances précédentes, Jean-François Bouvrette se retrouve en tête et Dave Coursol essaie tout en son pouvoir pour passer devant mais n’y arrive pas. Juste devant le drapeau à damier, une manœuvre douteuse de Jonathan Mayer envoie Neal Leblond, Steve Côté et Stéphane Aubin en perdition dans le mur au virage 1.

Top 5 :

  1. Jean-François Bouvrette 38
  2. Dave Coursol 51
  3. Steve Lagacé 99
  4. Maxime Pelletier 66
  5. Alexandre Jeannotte 23

NASCAR Pinty’s Lucas Oil 250

En après-midi, l’épreuve reine du weekend se tient. Avec l’annulation des qualifications, les temps de la séance libre servent de barème. Kevin Lacroix part donc en première position, avec Alex Labbé à ses côtés. Son rival direct au championnat, Andrew Ranger, part de la 9e position, tandis que le vainqueur 2018, Marc-Antoine Camirand, s’élance en 6e place.

Dès l’agitation du drapeau vert, Jason Hathaway ne perd pas de temps et passe la 47 de Louis-Philippe Dumoulin. Les coéquipiers chez DJK Racing se livrent une belle bagarre sportive pendant plusieurs tours, jusqu’à ce que Ranger et Kennington dépassent respectivement Kerry Micks lors de 2 tours en succession. Camirand prend ensuite la mesure de Dumoulin pour la 4e place.

Labbé se colle alors à l’arrière de la voiture de Lacroix pendant que Dumoulin se fait passer par la 17 et la 27 lors du même tour. Au 22e tour, Mark Dilley et Brandon White en viennent aux coudes et s’accrochent au premier virage, entrainant David Michaud qui était au mauvais endroit au mauvais moment. Une neutralisation de 10 tours survient alors le temps de nettoyer et libérer la piste.

Le vert ramène le plateau à sa vitesse de pointe, mais la 47 perd du terrain suite à de légers contacts, notamment avec la 75 de Mathieu Kingsbury. Les coéquipiers de DJK Racing n’en ont pas fini et Ranger passe finalement son patron pour la 3e place. Labbé ne lâche pas Lacroix d’une semelle après la relance mais il reste dans son sillage. Il finit par le dépasser en plongeant à l’intérieur au 42e tour. S’ensuit alors une remontée de Donald Theetge. Le pilote de la voiture 24 dépasse le 17 et le 27 à 10 tours d’intervalle et se retrouve 5e. Peu après, le 56 touche le 02 ce qui amène un jaune.

Au vert, Theetge en remet et passe son coéquipier Camirand, tandis que Hathaway passe Lacroix. Derrière, Scott Steckly, qui prend le volant de son pilote Alex Tagliani, passe la 47 du champion en titre. Peu après, Kingsbury et Camirand perdent deux rangs chaque en peu de temps. Le jaune obligatoire de la mi-course est agité après 127 tours pour permettre au équipes de travailler sur les voitures pendant 5 minutes. Le Top 10 était le suivant : Labbé, Lacroix, Hathaway, Theetge, Kennington, Ranger, Camirand, Dion-Viens, Steckly, Dumoulin.

À la reprise de la course, Theetge perd des places tandis que Micks est en mission et reprend beaucoup de positions. Devant, Hathway prend enfin la mesure de Lacroix après un tour et demi de passages à deux de large. Il continue sa remontée et rejoint Labbé, qu’il finit par dépasser après 15 tours. La course de Dumoulin va de moins en moins bien et Michaud en profite pour se faufiler. Après le tête-à-queue de Simon Dion-Viens au 174e tour, une courte neutralisation est en marche. Plusieurs voitures passent par les puits pour quelques ajustements rapides.

Un tour après le vert, Lacroix prend la 2e place en passant Labbé. Les coéquipiers Ranger et Kennington, qui se suivent depuis le premier drapeau vert, continuent de s’échanger les positions à qui mieux mieux. Après plus de 10 tours à rester scotché derrière lui, Dumoulin passe devant Steckly. La manœuvre de rattrapage du jour revient à Simon Dion-Viens dans la 37, il subit un léger contact de Camirand au virage 1 et malgré l’énorme glissade de sa Ford, il la maintient en piste d’un seul élan. Les 15 derniers tours sont intenses à l’avant, Lacroix se rapproche sans cesse de Hathaway et a failli profiter du trafic pour prendre la tête. Derrière, David Michaud effectue le dépassement du jour par l’extérieur de Marc-Antoine Camirand au virage 3. Dommage cependant qu’il soit un tour derrière la Camaro GM Paillé. Au drapeau à damier, Hathaway garde la tête devant Lacroix et Ranger a pu profiter d’une belle manœuvre sur Labbé pour compléter le podium.

C’est donc la fin pour la série NASCAR Pinty’s à l’Autodrome St-Eustache. Il y a eu 8 vainqueurs différents en 11 apparitions, incluant 4 victoires pour Scott Steckly dont le retour temporaire démontre une belle symbolique. Il reste encore quelques programmes à la saison actuelle avant la fermeture définitive, n’hésitez pas à venir faire un tour selon vos intérêts ça vaudra la peine.

Top 10 :

  1. Jason Hathaway (Chevrolet) #3
  2. Kevin Lacroix (Dodge) #74
  3. Andrew Ranger (Dodge) #27
  4. Alex Labbé (Ford) #36
  5. Donald Theetge (Chevrolet) #24
  6. DJ Kennington (Dodge) #17
  7. Louis-Philippe Dumoulin (Dodge) #47
  8. Kerry Micks (Ford) #02
  9. Marc-Antoine Camirand (Chevrolet) #22
  10. Mathieu Kingsbury (Dodge) #75

Commentaires des pilotes après la course

Jason Hathaway (1er) #3

Après la naissance de mon garçon, j’ai dormi 2h avant de m’en venir à St-Eustache vendredi. C’est un bon velours. Lorsque j’ai dépassé le 74, je ne suis pas allé à fond tout de suite pour voir comment il serait derrière moi. J’espérais qu’il n’y ait pas de jaune en fin de course. Je suis heureux du résultat puisqu’il est à la hauteur de ce que la voiture pouvait m’offrir.

Alex Labbé (4e) #36

Avec le premier train de pneus la voiture était hyper dominante. Une fois l’arrêt de mi-course passé cependant, son comportement avait changé du tout au tout. C’était peut-être les pneus, un amortisseur, un ressort, ou peu importe, mais la voiture n’était plus là. Mais bon, 4e c’est toujours un bon résultat dans notre saison en dents de scie.

DJ Kennington (6e) #17

L’arrière de la voiture était trop volatile. J’ai dû me battre contre pendant toute la course, d’où ma performance irrégulière. Mais 6e ça reste mieux que 7e et le reste de la saison pourrait m’être favorable.

Kevin Lacroix (2e) #74

Il m’en a manqué un peu à la fin. J’ai travaillé trop fort dans le deuxième segment pour la vitesse que je pouvais avoir. Mais j’ai eu une course propre et j’ai fini avec 2 points de plus que Ranger. Donc je me dois de garder le momentum, puisque je suis déjà très rapide sur les deux prochaines pistes où on ira. Cette année, c‘est notre chance réelle pour le championnat.

Mathieu Kingsbury (10e) #75

Ça a très bien été, je visais à toujours rester sur le tour du meneur, ce que j’ai failli réussir. Je n’avais complété que 100 tours dans la voiture avant la course donc j’avais beaucoup à en apprendre. Malgré cela, au premier segment de la course, j’étais le 4e plus rapide en piste. On a apporté des changements aux réglages de la voiture lors de la pause, mais elle était devenue inconduisible après 20 tours. Je perdais toujours l’arrière aux virages 3 et 4. Mais un Top 10 à ma première sortie, c’est une grande satisfaction !

Donald Theetge (5e) #24

Avec notre réglage de base qu’on a appliqué, 5e c’est très bien. J’ai été forcé d’effectuer une grosse remontée, surtout en raison de ma position de départ. Je ne suis pas déçu mais il en manque encore à la voiture. On va continuer à travailler fort en usine pour trouver le bobo.

Scott Steckly (11e) #18

J’aurais préféré un meilleur résultat, mais je ne pouvais pas maximiser la performance de la voiture en raison du temps de piste limité que j’ai eu. L’important c’est que je l’ai ramenée à la maison en un seul morceau sans encombre.

David Michaud (13e) #56

Je roulais vite en début de course, mais j’ai tout perdu après l’accrochage dans lequel j’ai été impliqué. J’étais un tour derrière et j’espérais recevoir la passe gratuite pour reprendre le tour perdu. Ce n’est jamais arrivé et la fois où ça aurait pu se produire, j’ai été déclaré responsable de la neutralisation, donc je n’ai pas pu en bénéficier. AU mlins j’ai pu donner un bon show pour les spectateurs dans les derniers tours.

Marc-Antoine Camirand (9e) #22

J’ai connu un excellent premier bloc de 25-30 tours, mais la performance s’est dégradée par la suite. J’étais rendu en mode survie. Lors de l’arrêt obligatoire, j’étais 7e-8e mais malheureusement les changements qu’on a apportés à ce moment-là ont empiré l’état de la voiture. Mais un Top 10 c’est bon malgré tout.

Crédits photos : Mathieu Brière

Mathieu Brière
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Mathieu Brière

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: