Enfin, une victoire pour Harvick…mais Hamlin l’a-t-il vraiment «aidé»?

Crédit photo : Cédrick Thivierge

Encore une fois, on attendait tous avec impatience une victoire de Kevin Harvick (Ford Mustang no 4). À la même période l’année dernière, Harvick avait déjà plusieurs victoires à son actif. Cette année, malgré la disette, il semblait assuré de participer à la grande finale grâce à sa position au classement. Toutefois, il lui fallait au moins une victoire pour vraiment être sûr de pouvoir faire partie de cette finale. Ce serait plus rassurant!

Maintenant, c’est fait! Harvick a gagné la course de dimanche après-midi au New Hampshire Motor Speedway, le Foxwoods Resort Casino 301, une épreuve se déroulant sur un anneau de vitesse d’un mille (Magic Mile) qui a longtemps été le terrain de jeu des Toyota Camry mais que Harvick avait dominé l’année dernière.

La course en elle-même a été le théâtre de plusieurs accrochages et certains esprits commencent à s’échauffer. C’en est le cas pour des pilotes qui voient la possibilité de sortir des 16 premiers au championnat ce qui leur enlèvera la chance de devenir champion. C’est le cas du vétéran et moult fois champion Jimmy Johnson (Chevrolet Camaro no 48) qui, cette fois, jouant encore de malchance, a dû se contenter de la 30e position à l’arrivée (sur 37 partants) ce qui l’envoie à la 17e place, quelques points derrière Clint Bowyer (Mustang no 14) lui-même désespérément à la recherche d’une victoire. C’est aussi le cas de Ricky Stenhouse Jr (Mustang no 17) de l’équipe de Roush-Fenway qui a, encore une fois, eu maille à partir avec Erik Jones (Camry no 20). Cette fois, Stenhouse crie à la vengeance!

La course a eu ses moments d’action mais c’est à la toute fin que Harvick qui n’a pas profité de la dernière neutralisation pour entrer aux puits et changer de pneus préférant rester sur piste pour gagner des positions, a pris celle de commande. Toutefois, ses derniers tours, il les a vécus à surveiller Denny Hamlin (Camry no 11) qui s’approchait dangereusement de lui au point même de le dépasser au dernier tour (non sans avoir légèrement «cogné à la porte»). Mais Harvick a usé d’une rapide stratégie pour le repasser de l’intérieur et se rendre au drapeau à damier…avec quelques petits coups d’ailes avec Hamlin.

En entrevue d’après-course, Hamlin a déclaré avoir restreint ses contacts avec Harvick afin «de le laisser jouir d’une victoire», Hamlin étant bien installé au championnat avec quelques victoires acquises plus tôt dans la saison. Toutefois, plus tard, il avouera avoir résisté à la tentation de frapper légèrement la Ford d’Harvick pour la déstabiliser car il aurait pu mettre sa propre sécurité en jeu. Personnellement, je préfère voir des pilotes se faire une lutte, même à cogner des ailes, sans, toutefois, déséquilibrer l’adversaire pour l’envoyer dans le mur! Ça ne fait jamais de bonnes courses. Je me souviens d’avoir interviewé Harvick pour la télé lors de sa victoire à la première course de Nationwide (aujourd’hui Xfinity) qui avait débuté en remerciant Pat Carpentier de ne pas l’avoir frappé pour la victoire, ce qu’il aurait pu facilement faire. Plus tard dans la saison, Harvick avait laissé faire (voire même protégé) Pat qui menait pendant les premiers tours d’une épreuve en Coupe (au New Hampshire Motor Speedway). Patrick y avait signé sa seule pole position en Coupe. Harvick l’a finalement dépassé mais on s’imagine que c’était sa façon de se souvenir de la «propreté» de Carpentier à Montréal. Peut-être que Harvick rendra la pareille à Hamlin un jour? Peut-être…?

Ironiquement, ce ne fut pas une bonne journée pour les pilotes de Chevrolet. Seraient-ils revenus à la case départ? Derrière Harvick et Hamlin, il y a eu, à la ligne d’arrivée, Erik Jones (Camry no 20), Ryan Blaney (Mustang no 12) et surtout l’étonnant Matt Dibenedetto (Camry no 95) en cinquième position. La première Chevrolet Camaro fut celle de William Byron (no 24) en douzième position! En passant, il n’y avait que cinq Camry en piste et elles ont toutes terminé parmi les huit premières positions, Kyle Busch (no 18) étant le dernier du groupe de cette marque.

Il ne reste plus que six courses de la saison régulière dont la prochaine qui se déroulera à Pocono. Parmi les cinq suivantes, il y en aura une en circuit routier (Watkins Glen), une autre au Michigan sur piste de deux milles, une sur petit ovale agressif (Bristol), une sur ovale légendaire (Darlington) et la dernière au spectaculaire circuit d’Indianapolis. Les finales débuteront alors à Vegas!

Éric Descarries
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: