Talladega, joies et déceptions

Crédit photo : Icon Sportswire / Gettyimages

Les amateurs de NASCAR ont certainement apprécié la course Monster Energy Geico 500 de dimanche dernier à Talladega. Tout d’abord, il y a eu de l’action sans, toutefois, le traditionnel «Big One», la Grande Casse! Mais il y a eu des accidents et des incidents qui valent la peine d’être mentionnés. On y revient.

L’autre grande satisfaction, ce fut de voir une Chevrolet gagner l’épreuve, la première victoire de la marque cette saison en Monster Energy Cup. Et comme on l’a vu à la télé, ce fut une victoire populaire que celle du jeune Chase Elliott (Camaro no 9)…devant des estrades pleines! Avouons, toutefois, qu’il a été chanceux car ce ne fut pas une finale traditionnelle comme celles auxquelles Talladega nous a habitués. N’eut été de ce drapeau jaune à un demi-tour de la fin, Elliot aurait dû composer avec William Byron (Camaro no 24) qui s’apprêtait à lui faire la «grande passe» de dernière seconde, comme on les a si souvent vues à la fin de Talladega. Il aurait dû composer aussi avec Joey Logano (Mustang no 22) qui s’en venait comme une balle sur la travée du haut, une ligne qui a souvent vu des gagnants arriver au drapeau à damier en premier. Si Byron s’était attaqué à Elliott, Logano aurait certes pu gagner! Pour une fois, ce n’est pas un pilote de Gibbs ou de Penske qui s’envole avec le trophée. Mais, personnellement, je n’aime pas une course qui se termine sous le drapeau jaune…surtout pas à Talladega!

Une chose est certaine, les pilotes de Chevrolet ont fini par comprendre que c’est en travaillant ensemble comme le font les pilotes de Ford et de Toyota que la victoire peut venir. Cependant, Chevrolet ne peut pas compter QUE sur Elliott pour gagner. Rappelez-vous que sauf pour la victoire d’Austin Dillon à Daytona l’année dernière, les seules autres victoires de Chevy, ce sont celles d’Elliott (Watkins Glen, Dover et Kansas). À Talladega, j’aurais peut-être plus parié sur Kurt Busch (Camaro no 1) pour redorer le blason de la marque cette année!

Enfin, comme je l’écrivais plus tôt, nous n’avons pas eu droit au «Big One» mais les multiples tonneaux de Kyle Larson (Camaro no 42) en fin de course nous ont vraiment fait peur! Il n’a terminé qu’une seule course cette année, n’est-ce pas? Il est vraiment malchanceux, tout comme Jimmy Johnson (Camaro no 48) qui, cette fois, a été presque éliminé par un débris sur la piste…

Pour le reste, malgré de nouveaux règlements qui devaient «améliorer» le show…ce fut Talladega! Changez-y ce que vous voudrez, Talladega sera toujours Talladega, une piste qui permet de l’action et dont la course n’est jamais finie…tant que le drapeau à damier (noir et blanc, bien sûr) n’est pas agité…avec un peu de chance sans être accompagné d’un drapeau jaune!

Espérons que ce ne sera pas le cas dimanche prochain à Dover, le «Monster Mile»!

Éric Descarries
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: