Chevrolet Bolt EV, Cadillac CT5 et Salon du Hobby

Crédit photo : Éric Descarries

Enfin, j’ai réussi à mettre la main sur la Chevrolet Bolt électrique pour toute une semaine. Cette petite auto était si populaire qu’elle n’était que rarement disponible. Et là encore, elle avait été inscrite à mon agenda il y a plus d’un mois mais on a dû me la retirer car elle devait servir à une conférence quelconque. J’avais déjà conduit la Bolt auparavant mais que quelques minutes et dans des conditions idéales. J’anticipais l’essayer en plein hiver pour voir si elle se débrouillerait bien dans notre dur climat. Je l’aurai donc eue en hiver mais pas nécessairement dans des conditions difficiles sauf, peut-être la dernière journée.

  • Ma Bolt d’essai fichait une voyante couleur verte du nom de Shock! (Photo Éric Descarries)
  • La Bolt est une véritable petite citadine efficace ! (Photo Éric Descarries)

Pour ceux qui ne le savent pas, la Bolt est une auto entièrement électrique de General Motors contrairement à la spectaculaire Volt qui, incidemment, n’est plus en production. La Bolt est une sorte de sous-compacte à traction avant mue par un moteur électrique de 200 chevaux en prise directe avec les roues avant. Cela veut dire pas de boîte de vitesses. Elle n’en a d’ailleurs pas besoin. Selon son constructeur, cette jolie petite urbaine aurait une autonomie qui frôlerait les 320-330 kilomètres d’autonomie. Elle serait donc capable de certaines longues distances mais il faudrait alors compter sur une recharge pour le retour. Et, dans le cas de celle-ci, il faudrait attendre environ neuf heures avant que la batterie soit « pleine » (si vous disposez d’un chargeur de Type II, 150 kilomètres par 90 minutes environ).

Toutefois, en conditions urbaines, la Volt s’avère un choix idéal avec une capacité de charge qui devrait durer toute une journée, voire plus. Évidemment, si vous achetez une Bolt (le mot veut dire « éclair » en anglais), vous choisirez alors la recharge avec le chargeur approprié connecté aux 220 volts. Dans mon cas, je me suis contenté du chargeur de base avec connexion domestique à une prise de courant extérieure de 120 volts. J’ai alors pris l’habitude de recharger la batterie chaque nuit pour me retrouver avec une voiture « pleine » chaque matin. L’indicateur au tableau de bord marquait alors que la batterie de la Bolt me permettrait une autonomie d’environ 280 kilomètres en utilisation normale avec un maximum d’environ 320 kilomètres si je pouvais faire appel à la régénération au maximum (avec les freins ou en descendant plusieurs côtes) et un minimum d’environ 250 kilomètres si j’exigeais plus du moteur.

Le «génie» sous le capot, ce petit moteur électrique capable de l’équivalent de 200 chevaux!

Si l’on s’arrête au design extérieur de la Bolt, on reconnaît rapidement le design des calandres typiques aux produits Chevrolet. La caisse n’a rien de spectaculaire, c’est celle d’une petite auto urbaine à quatre portes avec un arrière tronqué dont le coffre est atteignable par un hayon. L’aimer ou pas n’est qu’une question de goût mais, en ce qui me concerne, je la trouve assez jolie. Il faut dire que la couleur verte (Shock) de ma petite auto d’essai était plutôt voyante. Plusieurs la comparaient aux peintures un peu folles des produits Chrysler des années soixante (que FCA nous a récemment ramenées).

Le tableau de bord est un petit dénudé mais il a une instrumentation complète.

L’intérieur est un peu moins spectaculaire. En fait, sa finition fait trop plastique. Le tableau de bord est d’une grande simplicité avec des commandes faciles à retrouver. L’instrumentation est relativement simple avec le compteur de vitesses et quelques fonctions de base surtout axées sur le fonctionnement et la charge de la batterie. Pas de jauge d’essence (!), pas d’indicateur d’huile et ainsi de suite. Quant à l’écran central, il est un peu petit mais fonctionnel. Mon auto d’essai n’avait pas de GPS (GM croit que la connexion de votre téléphone intelligent avec l’application de GPS devrait combler cette lacune.

Les places arrière sont relativement généreuses pour une petite voiture mais le dessin de la finition est vraiment simpliste. L’auto mériterait une plus belles sellerie…surtout à ce prix!

Par contre cet intérieur est spacieux! Vu que mon véhicule d’essai était un modèle Premier, ses sièges avant (d’un dessin un peu simpliste) étaient chauffés. Les places arrière étaient quand même généreuses pour une si petite auto. Le coffre n’est pas des plus grands mais il pourrait suffire à transporter les quatre ou cinq sacs de voyage des passagers. Si les places arrière ne sont pas utilisées, on peut en rabattre les dossiers pour en agrandir l’espace.

Ce n’est pas le plus grand des coffres mais il suffit aux besoins de base.

Sur la route

Bien entendu, c’est sur la route qu’on découvre la Bolt. Pas de bruit de démarreur lorsqu’on «part» le véhicule. Le levier de vitesse «normal» permet au conducteur de passer en vitesse. C’est fou de ne pas entendre de bruit de moteur à l’accélération. Toutefois, la Bolt nous surprend par des accélérations vives, peut-être les plus vives des autos de ce format avec un 0-100 km/h d’environ sept secondes. Et les reprises sont aussi «folles»! La visibilité y est très bonne et la direction, quoique un peu imprécise, est rapide. Le freinage qui sert à la régénération est aussi puissant. Les pneus d’hiver Michelin ont été aussi silencieux que désiré pour une voiture qui n’émet pas de bruit de mécanique. Outre le manque de ce son, la Bolt se conduit comme une petite voiture ordinaire…vite…mais ordinaire.

Le seul désagrément que j’ai vécu avec la Bolt, ce fut de déplier le câble d’alimentation pour la prise électrique. Il est toujours sale à force de traîner à terre. Puis, il est froid à manipuler en hiver! Je n’ai pas de prise de chargeur spécial (de type II) qui pourrait recharger la batterie en neuf heures, si elle est complètement déchargée. Mais je ne faisais qu’une soixantaine à une centaine de kilomètres par jour et je rebranchais chaque soir. Le lendemain matin, j’avais tout le jus dont j’avais besoin. Il faut dire que cette semaine ne fut pas trop froide. Toutefois, alors que j’allais rapporter l’auto chez GM, la tempête de verglas que nous avons vécu (surtout à Laval) commençais à frapper. J’ai alors dû utiliser les essuie-glaces avant et arrière, les dégivreurs avant et arrière, les sièges chauffants en plus de plus de chauffage et alors, j’ai constaté que la réserve de courant baissait plus rapidement. Pas tragiquement mais plus rapidement! Difficile d’expliquer la «consommation» mais l’instrumentation marquait 24,1 kWh/100 km…

Les pneus d’hiver Michelin sont demeurés silencieux pour la Bolt.

Toutefois, il reste un obstacle important…le prix! Le prix de base d’une Bolt EV Premier est de 49 600 $. Sa peinture Shock est une option de 490 $ alors que les détails en décalques noir affichent un prix de 260 $. Cette Bolt était équipée de l’option Driver Confidence d’aide à la conduite de 795 $. Évidemment, notre bon vieux gouvernement canadien «sérieux» oblige la surtaxe d’accise de 100 $ pour le climatiseur (cette loi vieillotte s’appliquait aux grosses autos des années soixante-dix avec moteur à essence (!) V8 dont le compresseur du climatiseur pompait un peu plus de puissance du moteur…donc de l’essence…ALLO! La Bolt ne consomme pas d’essence…Elle est ÉLECTRIQUE mesdames et messieurs les fonctionnaires…Oh Zut! Peine perdue…Donc, ajoutons-y le transport, la préparation de 1795 $ et quelques autres petites dépenses et on en arrive à un total de 53 040 $ ! OK, il est possible de profiter d’une remise d’environ 8000 $ du gouvernement provincial et la subvention de 2000 $ de Ville de Laval si vous y demeurez et si vous y payez des taxes…Quand même, le prix demeure assez élevé pour une auto de cette dimension. Rappelez-vous, ce n’est pas une luxueuse Tesla!

Enfin, sachez que si l’auto vient avec une garantie de trois ans, son système électrique incluant la batterie a une garantie de 8 ans (160 000 km) alors que la Bolt vient aussi avec une assistance routière de 5 ans (100 000 km). Semble-t-il qu’en calculant bien son budget basé sur les dépenses normales que l’on vivrait avec une auto à moteur à essence (à coup de 75 à 90$ d’essence par semaine plus l’entretien avec les changements d’huile et autres), on devrait y gagner au change. Ouais! Si je m’y mets, peut-être que je reconnaîtrai cette affirmation…Qu’importe, au départ, j’ai été impressionné par la Bolt! Sachez-le, je la recommande. Elle fait partie du petit groupe de voitures électriques qui peuvent faire autour de 250 kilomètres et plus par charge et cela, c’est déjà remarquable. La Bolt connaît une certaine concurrence et elle en connaîtra d’autres sous peu…Quelque chose me dit qu’avant longtemps, il y aura plus de voitures électriques sur nos routes que prévu…Avec ces prévisions du prix de l’essence qui devrait graviter autour des 1,50 $ le litre l’été prochain…

(Ironie du sort, comme j’allais finir ce blogue et le publier…j’ai vécu une panne d’électricité de plus d’une trentaine d’heures dans mon patelin…c’est drôle, parler d’autos électriques pendant une panne…comme quoi il faut remettre la charge chaque fois que l’on rentre chez soi pour bout de temps! Vaut mieux prévenir que guérir…)

J’ai aussi fait un petit voyage éclair à Detroit pour assister à une explication détaillée de la nouvelle Cadillac CT5 qui sera dévoilée publiquement au Salon de New York la semaine prochaine. Mais il faudra attendre pour s’en reparler. Je suis sous embargo pour les détails…

La nouvelle Cadillac CT5 sera dévoilée au public au Salon de New York la semaine prochaine

Avertissement aux amateurs de miniatures

Attention, amateurs de miniatures qui ont l’habitude de se rendre à l’école polyvalente Georges-Vanier de Laval pour le salon du Hobby (anciennement Expo-Train). CE Salon qui s’est déroulé à cette école le week-end dernier déménagera ses pénates à l’École Académie Junior de Laval, 2323 boul. Daniel-Johnson, Laval à partir des 2 et 3 novembre prochains!

Le maintenant légendaire Salon du Hobby change de place. Il a encore prouvé sa popularité le week-end dernier.

Pour lire le blog d’Éric Descarries :
http://blogueericdescarries.tumblr.com/

Éric Descarries
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: