Volvo S60, conduite printanière et camions Ford

Crédit photo : Éric Descarries

C’était bien au début de février d’aller en Suède pour conduire les nouvelles familiales V60 de Volvo mais il manquait un petit morceau au puzzle, l’essai d’une berline S60 plus…régulière (et déjà sur le marché). Eh bien, c’est maintenant chose faite. Je viens de passer une belle semaine au volant d’une S60 T6 R-Design AWD, une superbe berline toute rouge qui ne manquait pas d’attirer l’attention.

Décidément, de l’extérieur, c’est réussi. On dirait que l’auto est moins bulbeuse que dans le passé, sa ligne est plus effilée. Elle affiche vraiment une ligne de berline sportive. On appréciera surtout ses phares avant qui, selon ce que j’ai lu dans certains magazines américains, sont surnommés «Le marteau de Thor»! On voit donc dans quel esprit l’auto a été dessinée! Cette Volvo est disponible en version T5 à moteur à quatre cylindres turbo de 250 chevaux avec la traction avant, en version T6 à moteur à quatre cylindres turbocompressé et suralimenté de 316 chevaux avec la traction intégrale (la voiture dont il est question ici), en T8 Hybrid avec le moteur de la T6 et deux moteurs électriques aux roues arrière (de là l’inscription Twin Engine à l’arrière de l’auto…et il ne s’agit surtout pas d’un moteur V8) ce qui donne une combinaison de 400 chevaux et en version Polestar de performance de 415 chevaux. La boîte de vitesses est une automatique à huit rapports. N’oublions pas que Volvo tient aussi à sa réputation de voiture des plus sécuritaires! Incidemment, le constructeur suédois vient d’annoncer que d’ici 2020, tous ses produits auront une possibilité de vitesse limitée à 180 km/h (112 m/h, par contre, je ne sais pas encore pour la Polestar). Il croit vraiment qu’après l’alcool et autres stupéfiants, c’est la vitesse qui tue tant de gens.

  • La nouvelle berline S60 présente une ligne bien effilée. (Photo Éric Descarries)
  • Vue de l’arrière, les feux semblent ressortir plus qu’auparavant. (Photo Éric Descarries)

Revenons à notre T6 R-Design. Lorsqu’on se glisse derrière le volant, on comprend immédiatement pourquoi l’auto porte d’identification R-Design. Si le tableau de bord ressemble beaucoup à celui des autres Volvo, c’est surtout le choix des matériaux qui attire l’attention. Tout était de noir dans ma voiture d’essai mais avec un choix de divers matériaux, on y constatait des différences de teintes et de textures qui donnaient une sorte de «couleur» à l’intérieur. Ajoutez à cela certaines finitions d’aluminium!

Le tableau de bord ressemble à celui des autres voitures de Volvo

Comme je l’ai écrit plus haut, le tableau de bord de la S60 ressemble à celui des autres Volvo. Le panneau des instruments contient des cadrans très lisibles placés devant le conducteur (j’ajoute ici que la vitesse est aussi projetée en réflexion dans le pare-brise, ce que j’aime beaucoup!). Le centre du tableau de bord est occupé par ce grand écran de neuf pouces qui est combiné à l’ordinateur de bord. Dans le passé, j’ai souvent critiqué cet appareil qui, selon moi, est trop complexe ce qui pourrait causer de la distraction pour le conducteur. Je le pense toujours mais je dois avouer qu’avec le temps, j’ai commencé à maîtriser le programme Sensus et il demande moins de mon attention. Dois-je vous dire que cette Volvo est équipée de tout ce qui est disponible dans le domaine des aides à la conduite incluant l’intégration du téléphone intelligent à Android Auto et Apple CarPlay? Quant à la console, on y trouve le levier de vitesses et quelques commandes dont celle qui modifie le comportement de la suspension et de la mécanique (Eco pour un meilleur rendement énergétique, Comfort (!) pour un comportement régulier et Dynamic pour une conduite plus sportive).

La console centrale avec sa commande de contact qui ressemble étrangement à celle des Saab du passé!

Les sièges d’avant sont confortables avec des ajustements bien conçus incluant des supports sous les cuisses. Une fois le réglage idéal choisi (après quelques essais), il n’y a qu’à le conserver en mémoire! Les coussins sont chauffants, tout comme le volant! Étonnamment, les places arrière (chauffantes) permettent beaucoup de place pour les jambes des occupants, ce que l’on ne voit pas toujours sur des berlines européennes! Les appuie-têtes y sont repliables par contact électrique alors que les dossiers se rabaissent aussi par commande électrique. La visibilité est bonne tout le tour mais je dois me plaindre un peu du manque de place pour passer la tête quand on monte dans la voiture tant le pare-brise est incliné…aérodynamique oblige!

Les places arrière sont quand même assez généreuses.

Ah oui! Il y a la radio. Je ne parle pas souvent des radios de mes voitures d’essai mais celle-ci était combinée à une sonorisation Bowers & Wilkins remarquable!

Il ne faut surtout pas manquer de souligner le bon espace que l’on trouve dans le coffre grâce aux dossiers d’arrière qui se rabattent (par commande électrique, je le répète) pour encore plus de place!

Le coffre est plutôt vaste pour une berline de ce segment.

Sur la route

Je devrais commencer par dire que conduire cette Volvo, c’est amusant. L’auto est puissante à souhait. Passer du poids mort à 100 km/h se fait en moins de six secondes malgré le fait que l’auto soit équipée de pneus Michelin X-Ice d’hiver (qui se sont avérés excellents sur les routes plus glacées!). Et ce, sans utiliser les palettes de changement de vitesse au volant. La direction est très précise et le freinage puissant. Toutefois, la suspension m’est apparue ferme, peut-être un peu trop ferme pour une voiture de tourisme. J’ai eu beau essayer les modes de conduite avec la commande au centre de la console, je n’ai pas réussi à trouver un niveau de confort qui me ferait encore plus apprécier cette auto sur nos «belles routes». Mes passagers, dont certains sont des habitués de voitures de performance ont eu la même réaction! Incidemment, le régulateur de vitesse automatique est combiné au système Pilot Assist semi-autonome et adaptatif incluant l’aide à rester dans sa voie.

  • Dommage qu’on ne puisse voir le puissant moteur de la voiture caché sous cette décoration de plastique. (Photo Éric Descarries)
  • Les pneus d’hiver Michelin X-Ice 3 se sont avérés très efficaces sur les routes glacées. (Photo Éric Descarries)

J’aurais aimé conduire cette auto sur piste avec des pneus d’été (de performance) pour vraiment profiter de cette suspension plus ferme. Cependant, la traction intégrale est vraiment efficace, même sur route froide ou légèrement glacée ou glissante.

En ce qui a trait à la consommation, j’ai obtenu une moyenne de 10,8 l/100 km alors que l’ordinateur de bord indiquait 10,2. En passant, Volvo recommande du carburant Super dans cette voiture pour un maximum de rendement. Finalement, cette version de la Volvo S60 affiche un prix de 52 400 $ auquel il faut ajouter l’ensemble hivernal (sièges arrière, volant et essuie-glaces chauffants) de 1250 $, l’ensemble Vision (avec caméra 360 degrés, assistance de stationnement, etc.) de 1800 $, l’ensemble Convenience (Pilot Assist, Homelink, boussole, etc.) de 1500 $ et les options de la peinture métallisée de 900$, l’affichage à tête haute dans le pare-brise de 1150 $, la stéréo Bowers et Wilkins de 3250 $ et les jantes spéciales de 1000 $ et on en arrive à une facture de 63 250 $ plus le transport (2015 $) , les taxes et tout le tralala.

J’ai bien aimé cette Volvo, comme toutes les autres que j’ai conduites récemment. Éventuellement, le constructeur suédois compte ajouter l’assistance électrique à tous ses produits, la S60 inclus. J’ose espérer que cette avancée technologique n’altèrera en rien l’ADN de cette berline véritablement sportive!

La conduite printanière…

C’est fou ce que l’arrivée prochaine du printemps réveille les «démons» qui se cachent dans de nombreux conducteurs. Déjà, on en voit qui roulent de plus en plus vite avec un faux sens de sécurité.

J’ai vu (de mes yeux vus) des manœuvres que je considère idiotes pour gagner quelques places dans la circulation dont certaines sur le viaduc de la voie de service de la 440 est menant à l’Autoroute 13. D’abord, voilà une route en très mauvais état (ceux qui la prennent régulièrement savent de quoi je parle) au point où je me demande pourquoi il n’y a pas encore eu de réparations, aussi temporaires soient-elles? Je vous mets en garde, surtout si vous conduisez un véhicule avec des pneus de taille basse car vous risquez fortement d’y couper un pneu et d’y endommager la jante. Et on sait quel prix valent ces belles jantes. Et on sait que le ou les gouvernements ne se rendent pas responsables de ces incidents! Puis, je ne vois pas comment rouler jusqu’au bout de la ligne qui cherche à négocier la courbe pour y couper le flot de circulation et forcer tant de monde à stopper leur donnera un si grand avantage de retour sur l’autoroute (et je les dépasse souvent, même à une vitesse raisonnable).

Des fois, c’est à se demander où est la police? Autre manœuvre dangereuse de plus en plus pratiquée, celle de créer une deuxième voie sur l’autoroute en vue de couper la grande lignée pour prendre la sortie. Cela oblige les usagers de la deuxième voie à ralentir (voire même arrêter) et risquer de se faire emboutir! Mais où est la police lors de ces heures de pointe?

Des nouvelles de Ford

Tout le monde sait que j’ai toujours été un amateur de camions. J’ai écrit pour plus de 35 ans dans un important magazine québécois de camions qui, malheureusement, a été vendu à des intérêts…d’ailleurs et qui ont cru bon me remplacer par un «plus jeune» qui y publie des textes sur les…autos électriques (?!?). On semble y oublier qu’une grande partie du lectorat de cette publication est composée de gens d’un certain âge qui conduisent un camion privé et qui raffolent des anciens camions…

Enfin…qu’y puis-je? Il est certain que je vais «rebondir» ailleurs (j‘ai déjà des projets et des offres). En attendant, les nouvelles fusent de toutes parts dans ce domaine et si vous êtes des amateurs de véhicules commerciaux, sachez que Ford vient d’annoncer une révision de ses fourgons de livraison (et de passagers) Transit qui sera disponible l’automne prochain avec un V6 de base de 3,5 litres avec injection directe ou dans les orifices d’admission ou encore avec un quatre cylindres turbodiesel de 2,0 litres qui remplace le cinq cylindres de 3,2 litres (le V6 EcoBoost de 3,5 litres est toujours au catalogue). Ces moteurs viendront avec une boîte de vitesses automatique à 10 rapports et la possibilité de la traction intégrale. Il y aura une nouvelle version d’équipe à plusieurs passagers pour les utilisateurs commerciaux alors que toutes les versions incluant celles pour passagers auront droit à la WiFi et les prises pour Apple CarPlay et Android Auto.

Le nouveau Transit 2020 sera disponible avec la traction intégrale!

En même temps, Ford vient d’annoncer à l’expo de la National Truck Equipment Association (NTEA) qu’il y aura sous peu un F-600 au catalogue, un camion de poids moyen qui combine la robustesse d’un camion commercial de classe 6 (comme le F-650) à la cabine moins imposante des F-450-F-550. En même temps, Ford a officiellement lancé son moteur V8 à essence de 7,3 litres avec culbuteurs en tête!

Le F-600 2021 est ni plus ni moins qu’un F-650 avec cabine de F-450/F-550 moins intimidante pour les petites entreprises.

Pour lire le blog d’Éric Descarries : http://blogueericdescarries.tumblr.com/

Éric Descarries
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives d'Éric Descarries

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: