Home>Courses>Stock-car>Asphalte>NASCAR>Coupe Monster Energy>Ce que l’on a pu apprendre au Texas Motor Speedway
Coupe Monster Energy

Ce que l’on a pu apprendre au Texas Motor Speedway

Ça y est, Kevin Harvick est finalement un des quatre pilotes pouvant se présenter à la course au championnat NASCAR Monster Energy Cup. Il a gagné (presque avec facilité) le dernier 500 milles de la saison au Texas Motor Speedway. Même que la dernière relance semblait un peu «arrangée avec le gars des vues» tant il a dépassé avec rapidité (et facilité) Ryan Blaney (Ford no 12) avec sa Fusion no 4. Et on se souviendra longtemps de l’extrême gentillesse avec laquelle il a permis à un jeune garçon de prendre un «selfie» avec lui après la course. Il lui a même donné le drapeau à damiers! Un vrai geste de champion…à venir? (J’étais le premier à passer une entrevue à Harvick à la télé lorsqu’il a gagné la première course Xfinity (Nationwide d’alors) à Montréal alors que j’y étais assigné et il m’a surpris par sa gentillesse…).

Cette victoire, on s’y attendait (et ce ne serait pas surprenant s’il récidiverait dimanche prochain à Phoenix) mais on s’attendait aussi à une vengeance de Martin Truex Jr (Camry no 78) à l’encontre de Joey Logano (Ford no 22) qui lui a fait perdre la victoire la semaine dernière à Martinsville. C’était mal connaître Truex! D’accord, il a trop parlé et trop vite lors de son entrevue d’après-course dimanche dernier. Mais au cours de la semaine, il est revenu sur ses positions (et à lui-même) en disant que la vengeance, ce n’était pas lui, qu’il préférait continuer de courir en gentleman, une réputation qui lui va très bien. On l’a donc vu souvent rouler à côté de Logano sans même qu’il y ait eu un semblant de contact ou de menace! En passant, si l’on s’attendait vraiment à une vengeance de Truex, où étaient les spectateurs? Les estrades étaient plutôt dégarnies!

Néanmoins, Logano ne s’est pas fait d’amis au Texas. Après Hamlin, Kenseth (on a vu comment sa vengeance lui a rapporté à la longue) et même Carl Edwards (plus de nouvelles sur lui à venir à la fin de ce billet), c’est maintenant au tour d’Aric Almirola (Ford no 10) de se plaindre du comportement de Logano en piste (qui m’a semblé être un incident de course tout au plus). Almirola a dû donner un coup de roue et ralentir considérablement pour éviter une collision avec Logano. Après la course, Almirola a dit en entrevue que Logano n’avait eu aucune pitié de lui précisant que le pilote de la 22 avait déjà une victoire qui le mènerait à la course au championnat mais pas lui-même. Euh! Logano devait lui céder le passage pour qu’il puisse gagner? M. Almirola, la tâche de M. Logano est de gagner des courses, pas donner sa place aux autres! Si c’est ce que vous pensez, vous n’êtes pas dans le bon sport! (Logano a fini 3e, Almirola 8e).

Incidemment, si vous avez regardé la course (sans trop bailler car elle était bonne malgré tout), vous avez certainement vu Jimmy Johnson (Chevrolet no 48) prendre le départ de la fin du peloton ayant été pénalisé par NASCAR, son auto n’ayant pas passé l’inspection initiale deux fois! Et c’est là que l’on s’est aperçu d’une erreur. C’est lorsque le véhicule ne passe pas TROIS fois que la pénalité est appliquée. NASCAR s’est confondu en excuses. (Errare humanum est !). Johnson a terminé 15e alors que c’était son 600e départ avec Chad Knaus comme chef d’équipe (qui le quittera en fin de saison).

Incidemment, le vétéran Carl Edwards qui, dans le passé, a pris tout le monde par surprise d’abord en passant de l’équipe de Jack Roush (Ford) à celle de Joe Gibbs (Toyota) puis en prenant une retraite anticipé et non annoncée à la fin de 2016, a confirmé dans une entrevue à NBC Sport Sunday qu’il entrevoyait un retour en NASCAR. Mais pas un retour à plein temps. Pour le moment, celui qui a occupé ses temps libre en traversant l’Atlantique deux fois en voilier a dévoilé qu’il ne considérerait que deux ou trois courses. Ce sera donc à suivre…

Il ne reste donc que deux courses d’ici à la fin de la saison. Harvick gagnera-t-il Phoenix ou laissera-t-il le passage à un de ses coéquipiers si l’occasion se présente (il faut dire que Tony Stewart, le propriétaire de l’équipe Stewart-Haas pour qui Harvick pilote est tout simplement comblé par les résultats de ses pilotes, les quatre ayant réussi l’exploit de se hisser au moins à l’élimination à huit pilotes). Soulignons que l’équipe de Stewart-Haas a causé toute une surprise l’année dernière en alignant des Ford au lieu des Chevrolet comme par les années passées. Et dire que tout le monde croyait que Stewart était un inconditionnel de Chevrolet! Et si un des pilotes de Stewart-Haas gagnait le championnat 2018 ?