Paquette, seul au monde

Si Maxime Paquette (No 51) était l’acteur principal d’un film, il serait dans « Seul au monde » et son meilleur ami s’appellerait « Chevy ». Voilà ce qui résume bien la soirée de courses de vendredi soir dernier, de la série NASCAR CUP Lacroix-Tuning, présentée par l’autodrome Chaudière, 360Nitro.tv et LM Production.

C’est maintenant officiel, la mi-saison est maintenant atteinte. Citron que ça passe vite, vous ne trouvez pas ? Pour cette cinquième sortie de l’automne, les gladiateurs du « Sim racing » s’étaient donné rendez-vous au circuit virtuel de Warkins Glen pour le « LAS eSports Cerpolait 150 ». Un 50 tours sans aucun jaune de prévu puisque Iracing n’aime pas trop les neutralisations sur les circuits routiers.

Mon petit côté curieux m’a amené à me poser la question suivante : « Cerpolait ? Que cé ça ? ». Si mes recherches sont exactes, Cerpolait est une ferme située à St-Aimé, tout près de la magnifique ville de Sorel (tout dépend des goûts), voilà donc pour la partie instructive de cette chronique.

Toujours spectaculaire

Les bolides de NASCAR ne sont pas, à la base, conçus pour se battre sur des circuits routiers, mais il faut l’admettre, ça donne un [insérer ici un blasphème de votre choix]de bon spectacle. La soirée de vendredi n’a pas fait exception à la règle. Cependant, il ne fallait pas trop se concentrer sur le vainqueur de l’épreuve, car celui-ci a fait pratiquement cavalier seul tout au long de la course.

Pour l’occasion, l’équipe de SFTV avait sorti l’artillerie lourde en ajoutant, à la description, un spécialiste des circuits routiers, Luc Carbonneau. Bien sûr, ce dernier était accompagné du sympathique et volubile Éric Gaudreault Drapeau. Avant le départ, le top trois au classement général était composé de Nicolas Moreau (No 15) avec 193 points, suivi de Jean-Raphaël Morin (No 23) avec 163 points et de Mathieu Tremblay (No 25) avec 151 points. Tous trois faisant partie de la filiale Moreau Motorsport.

Selon les spécialistes de SFTV, Jean-Raphaël Morin (vainqueur sur ce circuit en automne 2020) partait grand gagnant favori. Mais, force est de constater qu’il ne fallait pas négliger Maxime Paquette qui, au volant de sa Camaro ZR1, allait démontrer un pilotage presque parfait durant les 50 tours. Chaque petites erreurs ou malchance sur un circuit, qui n’est pas un ovale, peut s’avérer catastrophique, surtout parce qu’il n’y a pas de neutralisation sur les routiers.

Si on analyse quelques statistiques de cette cinquième épreuve de la saison, la première qui saute aux yeux est l’importance des qualifications. En effet, si on compare les positions d’arrivées avec les positions finales de chaque joueur, on constate rapidement que les gains en position sont très peu élevés. Seul, Jocelyn Potvin (No 618) a été le seul à gagner un nombre significatif de rangs avec 9. Il a passé ainsi de la 31e à la 22e place au classement final. Du côté de Alex Pellerin (No 818), le résultat de sa soirée de travail fut catastrophique. Ce dernier qui s’élançait troisième a terminé trentième, un écart monstrueux de 27 positions.

Dans l’ensemble, la meute s’est avérée très disciplinée et le spectacle nous a donné droit à de très belles batailles. Le premier segment de 20 tours (sans neutralisation) s’est déroulé à vive allure. Les stratégies d’arrêts aux puits étaient très différentes pour chacune des équipes. Seuls deux pilotes ont eu le bonheur de mener des tours, Maxime Paquet (No. 57) avec 46 et François Benoit (No 711) qui ont tout essayé pour étirer le plus possible leur consommation d’essence avec 4.

Top 5 Watkins Glen

1-Maxime PaquetteChevrolet Camaro No. 57Floracing
2-Nicolas MoreauChevrolet Camaro No. 15Transit
3-Jean-Raphaël MorinChevrolet Camaro No. 23EzWebPro
4-Francois BenoitChevrolet Camaro No 711Couverture Therrien Pellerin
5-Mathieu TremblayChevrolet Camaro No. 25APEX Inspection, LAS Esport, Cerpolait

En conclusion

Bravo aux 32 participants qui nous ont offert, encore une fois, un excellent spectacle. Pour la sixième tranche de la saison, la série fera un arrêt au Kansas.

Que les dieux bénissent les rois de la course !

Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Francois Richard

Laisser un commentaire

Scroll to top