Une première pour Max Günther en Formule E !

Crédit photo : Sam Bagnall / LAT Images

Le circuit urbain du Parc O’Higgins de Santiago accueille la Formule E pour la deuxième fois, mais le tracé a légèrement changé. En effet, une chicane très serrée sur le ‘’droit’’ arrière a été éliminée pour faire place à une plus longue ligne droite, rendant les dépassements possibles au bout de celle-ci au virage 9. La zone d’activation du mode attaque se situe à l’extérieur du virage 3, ce qui n’entraîne pas une perte de temps considérable lors du passage dans celle-ci.

Oliver Rowland frappe le mur en qualifications et ne peut signer un temps, il partira avant-dernier, devant Ma Qinghua. Une erreur de Lucas di Grassi lui fera prendre le départ en 22e position. Après avoir signé le temps le plus rapide des 4 groupes, c’est Mitch Evans qui met sa Jaguar en tête lors de la Superpôle.

Le premier tour se déroule dans le calme presque absolu, plusieurs luttes côte-à-côte ont lieu, incluant quelques contacts dans les deux derniers virages, deux épingles serrées. Neel Jani se fait frapper par Robin Frijns et Alexander Sims et devra ramener sa Porsche aux puits après ce premier tour. Il abandonnera sur-le-champ. Une fois passé par Antonio Félix da Costa, Sims est victime d’un contact de la part d’André Lotterer, mais il perd rapidement du terrain après avoir frappé le mur quelques virages plus loin. C’est l’abandon pour le vainqueur de la deuxième course de Dariya.

Un jaune d’une rare courteur est déployé avant un rapide retour du vert. Le premier virage en épingle est le lieu de prédilection pour les bagarres les plus serrées, dont celle entre Nyck de Vries, Sam Bird et Daniel Abt. Le Néerlandais bloque d’abord l’intérieur, ce qui ralentit Bird en sortie. Non loin derrière, Rowland entre en collision avec la voiture d’Abt et son protecteur de roue avant droite percute le mur à l’intérieur du virage. Le bout du museau de la Audi envoie Bird en tête-à-queue. Au tour suivant, la Nissan perd tout son aileron avant ; il entrera aux puits peu après.

On évite le contact lorsque Edoardo Mortara prend la mesure de son coéquipier Felipe Massa. Le Brésilien est déporté à la sortie de l’épingle et les deux Techaeetah le passent également.

Au 16e tour, Jean-Éric Vergne prend la 5e position à son coéquipier da Costa. Le Français partait de la 11e place, rappelons-le. Au contraire des Techeetah, Massa ne cesse de reculer et il perd la 6e au profit de de Vries. Après avoir mené l’épreuve avec aisance, Evans perd la première place après une superbe manœuvre de Max Günther par l’extérieur au bout du long droit arrière, profitant aussi de son mode Attaque.

Plusieurs duels se produisent en piste, mais se soldent plus souvent qu’autrement par de vaines tentatives. Les pilotes commencent alors, une fois la barre des 25 minutes de course passée, à économiser leur énergie et à être plus prudents. Comme en fait foi le dépassement de Vergne sur Wehrlein, tandis que ce dernier était toujours en mode attaque. Le pilote #26 est venu de loin, très loin, sur le droit arrière et a plongé à l’intérieur. Quelques secondes plus tard, da Costa passe Mortara à la première épingle et de Vries profite du momentum et a le dessus sur le Suisse au virage suivant.

Le vainqueur de l’épreuve de Hong Kong 2019 perd du rythme rapidement. Il devra abandonner sur bris de suspension à la suite d’un contact avec da Costa. Avec 10 tours à faire, alors qu’il roule en troisième position, Vergne dégage un panache de fumée qui semble provenir de la roue avant gauche. En effet, son protecteur de roue s’est relâché et il frotte sur le pneu. Il essaie tant bien que mal de le faire tomber, notamment en touchant le mur à la sortie de la première épingle, mais la pièce reste là. L’aileron se met alors à frotter sur la piste, pour qu’enfin le module se détache complètement. Vergne complète un autre tour et s’arrête aux puits pour terminer ainsi sa course.

La lutte sur le podium est intense et da Costa réussit à finalement mettre sa voiture devant la Jaguar d’Evans avant le freinage au virage 9. Le Portugais continue sa remontée et a rapidement le contact sur le meneur Günther. Il le passe avec 3 tours à faire, mais le différentiel des consommations d’énergie entre les deux voitures force da Costa à ralentir le rythme en fin de course, laissant la porte ouverte à Günther au dernier tour, après quelques passes d’arme bien disputées.

📷 BMW blog

C’est la première victoire de Maximilian Günther en Formule E, la deuxième de suite pour BMW en 2019-2020. L’Allemand devient ainsi le plus jeune vainqueur de l’histoire de la série, battant le record précédemment détenu par Mitch Evans (24 ans et 293 jours) lors de sa victoire à Rome l’an dernier. Le Néo-Zélandais a incidemment perdu sa troisième position au profit de Nyck de Vries, mais ce dernier a été pénalisé de 5 secondes pour une ‘’infraction technique’’. La sixième place de Stoffel Vandoorne est suffisante pour lui permettre de passer au premier rang du classement général.

La prochaine course de la saison sera tenue à l’Autódromo Hermanos Rodríguez, circuit permanent en plein centre-ville de Mexico, le 15 février prochain. Soyez-y !

0 0 vote
Article Rating
Mathieu Brière
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Mathieu Brière
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Scroll to top
error:
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x