Cette classique britannique a sa place ici !

Crédit photo : Don Simpson

The english version is available here: https://360nitro.tv/articles/2019/12/04/british-classic-finds-home-in-quebec

L’histoire de cette classique commence avec l’homme qui a créé la Mini Cooper, Sir Alexander Issigonis, un nom que beaucoup d’entre nous n’ont peut-être pas entendu parler. Né en Turquie, Alex a grandi sous les soins de sa mère à Londres, en Angleterre. Il a récemment obtenu un diplôme en génie mécanique et s’est rapidement lancé dans la construction de voitures de course avec George Dowson. Ces premières années de travail avec Dowson façonneront sa vision des voitures toute sa vie.

À la fin des années 40, Issigonis a trouvé le moyen de travailler dans la Alvis Car and Engineering Company, mais il est retourné à la BMC en 1955, où il a continué à travailler sur sa conception de voiture de forme rectangulaire.

La toute première Mini, qui utilisait principalement le design Issigonis, liée aux autres marques de BMC, dont Morris Minor et Austin, a été lancée en 1959.

La Mini, cependant, a vraiment évolué lorsque John Cooper de la Cooper Car Company a apporté sa contribution dans le lancement de la Mini Coopers, l’appel emblématique en tant que version plus sportive de la Mini. Les deux versions comportaient des moteurs de 848cc pour la Cooper et de 1071cc pour la Cooper de type S.

Le succès de la Mini a continué de croître alors que l’entreprise participait à plusieurs courses en rallye et elle a remporté la victoire lors du célèbre rallye de Monte-Carlo en 1964, 1965 et 1967.

La voiture a ensuite été présentée dans le film britannique «  L’or se barre » (The Italian Job) de 1969, qui a renforcé la notoriété et la renommée des petites voitures très populaires.

Au cours des dernières décennies, la Mini a radicalement changé et a, d’une certaine manière, perdu une partie de son charme des temps passés, mais pour un jeune Québécois, c’est ce charme de l’ancienne Mini que Kevin Prescott, de Gatineau, Québec aspirait à avoir.

Kevin a été élevé à Gatineau et, enfant, il se souvient: « Je viens de me rappeler quand j’avais 6 ou 7 ans et que nous venions de recevoir le satellite à la maison et que je regardais M. Bean à la télévision. C’est là que j’ai découvert la voiture classique de mes rêves. Ce n’était pas une voiture classique à l’époque, mais ce n’était pas courant en Amérique et surtout au Québec », a expliqué Kevin.

En grandissant, Kevin n’a jamais perdu cette passion pour la Mini.

Il y a quelques années, Prescott parcourait les petites annonces de voitures et est tombé sur cette annonce, « J’en ai enfin trouvé une !! une mini Austin à vendre, c’était la voiture de mes rêves », a expliqué Kevin.

Kevin a contacté le vendeur ce jour-là et quelques jours plus tard il se rendait à Stoneham, au Québec, qui est à 6 heures de route de chez lui, pour voir la voiture.

« La voiture, une Mini de 1983 avec un moteur de 1275cc, a voyagé d’Angleterre à Gatineau (Québec) en 2006. À l’époque, la voiture avait un toit blanc et une carrosserie violette. La voiture resterait dans un garage pendant des années jusqu’à ce qu’Olivier Parent de Stoneham au Québec l’achète en 2015. La voiture a ensuite été expédiée à Stoneham où Oliver a commencé à la repeindre. Il a peint la carrosserie en rouge cerise avec un toit blanc, mais la carrosserie a encore besoin d’un peu d’amour », a expliqué Kevin.

La voiture était en assez bon état, mais il y avait une petite quantité de rouille et la voiture avait besoin d’une bonne mise au point. Cependant, Kevin est tombé amoureux de la voiture et a fait une offre qui a été acceptée.

Une fois la voiture revenue à Gatineau, Kevin a commencé à faire des réparations. Il a passé des heures à chercher des pièces détachées et a mis la voiture au point, car le moteur ne tournait pas parfaitement.

Après de nombreuses heures de dur labeur dont quelques travaux sur la suspension qui en avait besoin, la voiture commence enfin à ressembler à la voiture classique qu’elle était.

Kevin a expliqué : « J’ai fait mes premiers salons de l’automobile cette année et je rencontre tellement de gens qui aiment ce type de voiture, ce qui me donne une plus grande reconnaissance pour la Mini et à quel point j’aime vraiment mon passe-temps: ramener à la vie cette Classique britannique qui a trouvé sa place au Québec. »

Don Simpson
Chroniqueur / Photographe
À propos de l'auteur
Archives de Don Simpson

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: