Joies et déceptions

Crédit photo : Claude Prud'Homme

GP3R : Joies et déceptions

Commençons par les fleurs, le pot suivra. L’ambiance au GP3R est toujours aussi formidable, les gens sont heureux d’assister à ce Grand-Prix qui fait partie de la culture du sport motorisé québécois et ce, pour une cinquantième édition. J’aime aussi énormément les séries en piste, deux belles séries touring qui offrent un bon show avec des voitures auxquelles les amateurs peuvent s’identifier.

Le pot maintenant. Les Formules 1600 ont fait « LE » spectacle du week-end, mais avec des courses au calendrier le vendredi et le samedi matin! Disons que j’aurais pris la troisième course de 1600 le dimanche ça aurait été complètement super, surtout que les amateurs sont restés sur leur appétit le samedi n’ayant pratiquement pas vu de NASCAR Pinty’s en piste, mais cette fois c’est dame nature qui l’a décidé ainsi.

Je comprends que l’organisation a misé sur la présence des Formules Atlantiques « vintage » mais bon, les Américains qui avaient confirmé auprès de l’organisateur de cette série ne se sont pas présentés, un conflit de programme de courses semble-t-il. Moi-même j’étais extrêmement fébrile et ma motivation première pour cette 50e édition était de voir en piste les Atlantiques qui font partie de l’histoire du GP3R. Sans donner de leçon au promoteur, disons qu’avec du recul, la présence de ces monoplaces auraient eu leur place vendredi et le samedi, surtout au faible nombre des participants, et un beau tour d’honneur de la Marsh de Villeneuve le dimanche, comme ce fut le cas, aurait fait plaisir aux amateurs. Et une bonne course de F1600 le dimanche n’aurait pas été de refus.

Autre petite critique, me semble que les puits principaux auraient pu être réaménagés de manière différente ou simplement plus serrés, car beaucoup d’amateurs ont cherché et n’ont pu voir la March 1974 de Gilles Villeneuve. Et mes amis du Super Production Challenge étaient pratiquement stationnés à St-Grégoire! Bon j’arrête de chialer, car j’adore l’événement et d’avoir au Québec une course en circuit urbain, est un exploit exceptionnel et l’équipe du GP3R sous la gouverne de Dominic Fugère font un travail exceptionnel.

Et la cinquantième édition sera marquée par l’exploit exceptionnel des frères Dumoulin qui se retrouvent pour la première fois sur le même podium en Pinty’s. Ah oui Tagliani a terminé deuxième. Mais on n’avait d’yeux que pour les petits gars du pays.

Marc
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Marc Tessier

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: