Le nouveau Prince de Monaco

Crédit photo : Formula E

Le ePrix de Paris a été fort en rebondissements et le plateau est maintenant à environ 1,000 km de là, dans la principauté de Monaco. La 9e épreuve de la saison est tenue sur une version raccourcie presque de moitié du circuit utilisé par les F1.

Plutôt que de monter vers le casino au premier virage, les monoplaces de Formule Électrique descendent vers le port, sur l’avenue John F Kennedy parallèle au quai des États-Unis. Un retour par l’épingle là où la chicane F1 se trouve. Un retour le long du port, en contournant la piscine et le restaurant La Rascasse et c’est un bref tour du circuit de Monaco.

En Superpole, Oliver Rowland a réalisé le meilleur tour, mais une pénalité de 3 places acquise à Paris le relègue. Ce sera donc Jean-Éric Vergne qui partira de la première place. Il devait être accompagné de Mitch Evans sur la première ligne, mais le vainqueur de Rome a reçu sa troisième réprimande de la saison, cette fois pour avoir enclenché la puissance maximale trop tôt. Il écope d’une pénalité de 10 places sur la grille.

C’est donc Pascal Wehrlein qui sera en deuxième position, avec Rowland et Felipe Massa derrière et Sébastien Buemi qui ferme la marche en Superpole.

C’est un départ

Les estrades sont bondées et il fait un soleil radieux pour le départ. Celui-ci se passe bien pour tout le monde et aucun contact n’est à déplorer. Il faut noter l’agressivité d’André Lotterer, qui partait 20e et a gagné 4 rangs en un seul tour. Mais Daniel Abt ne perd pas de temps et dépasse son compatriote dès le tour suivant.

Lotterer semble avoir des ennuis à activer le mode attaque, bien qu’il semble toucher les 3 points pour l’activation. Des problèmes informatiques que l’équipe Techeetah semble avoir résolus plus tard dans l’épreuve. Incidemment, la zone se situe à la gauche de la trajectoire avant le virage Tabac après le retour au bord de mer. Au 10e tour, Wehrlein passe tout droit à Ste-Dévote et perd deux places. Il essaiera de compenser en activant son mode attaque quelques mètres plus loin.

Au 19e tour, Antonio Félix da Costa profite de son mode attaque et tente une manœuvre osée sur Alex Lynn. Il passe l’Anglais par l’extérieur à l’épingle après s’être faufilé entre la Jaguar et le rail. Son coéquipier Alex Sims le laisse passer au tour suivant, puisque da Costa avait visiblement beaucoup plus de vitesse que lui.

Sam Bird bloque alors les roues et prend le dessus de Stoffel Vandoorne à Ste-Dévote, prenant le peu d’espace qui lui restait. Dans la foulée, Lucas di Grassi passe le Belge par l’extérieur à l’épingle. Lynn se met alors à reculer et Vandoorne le dépasse de la même façon que di Grassi l’a fait, Robin Frijns est le suivant et il passe l’Anglais au virage Tabac, un endroit très peu propice aux dépassements. Lynn perd du rythme et son coéquipier Mitch Evans en profite pour le devancer, non sans contact. Lynn perdra éventuellement son couvre-roue avant droit.

Derrière, Max Günther subit une crevaison et des dommages à sa suspension avant droite et doit abandonner. Un jaune généralisé est alors lancé, faisant ralentir toutes les voitures à 50 km/h. Une fois le vert agité, da Costa profite de son FanBoost et tente de passer Buemi sur la ligne droite des puits mais le Suisse bloque l’intérieur et reste 5e. Quelques mètres plus loin, la BMW de Sims bouge d’une manière plutôt bizarre et il percute la Audi de di Grassi, la poussant contre le rail et contraignant le Brésilien à l’abandon.

Les quatre premiers sont roues dans roues et Vergne doit se défendre à quelques reprises contre Rowland, qui est très véloce. L’avance de Wehrlein, qui roule 4e, sur Buemi est alors de plus de 8 secondes.

Au début du 47e tour, Frijns déboîte pour dépasser Sims au premier virage, mais l’Anglais serre la trajectoire et la Virgin percute le mur de béton, cassant la roue avant droit. Sims part en tête-à-queue mais repart immédiatement. La course de Frijns est terminée.

Au 50e tour, une ultime tentative de la part de Wehrlein sur Massa se conclut par un échec, et les positions restent les mêmes jusqu’au drapeau à damier. Jean-Éric Vergne remporte donc sa première victoire à Monaco et devient le premier pilote à gagner deux fois cette saison. En deuxième, Oliver Rowland égale son meilleur résultat acquis en Chine et Felipe Massa complète le podium en y mettant les pieds pour la première fois. Sam Bird n’a pu atteindre la ligne d’arrivée puisqu’une crevaison à l’arrière droit l’a empêché de se rendre plus loin que le virage La Rascasse.

Le classement général est toujours aussi serré, Vergne et Lotterer ont passé devant Frijns, qui n’est maintenant qu’à 6 points de Vergne. La saison se poursuit donc dans 2 semaines sur les pistes de l’aéroport Tempelhof de Berlin, pour un rendez-vous qui s’annonce électrisant. Il ne restera que 2 weekends à la saison 2018-2019 par après, dont le programme double à New York.

Résultats officiels :

  1. Jean-Éric Vergne (DS Techeetah)
  2. Oliver Rowland (Nissan e.dams)
  3. Felipe Massa (Venturi)
  4. Pascal Wehrlein (Mahindra)
  5. Sébastien Buemi (Nissan e.dams)
  6. António Félix da Costa (BMW i Andretti)
  7. Mitch Evans (Panasonic Jaguar)
  8. Daniel Abt (Audi Sport Abt Schaeffler)
  9. André Lotterer (DS Techeetah)
  10. Alex Lynn (Panasonic Jaguar)
Mathieu Brière
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Mathieu Brière

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: