Et de 6 en 6 !

Crédit photo : Sam Bagnall LAT

C’est un retour en Chine continentale pour la Formule E pour la 6e épreuve de la saison 2018-2019. Le circuit urbain de Sanya, d’une longueur de 2,2 km, a comme particularité que la grille de départ est située sur un pont vers la fin du tour. Contrairement à Hong Kong, la météo était clémente et le soleil était au rendez-vous.

En qualifications, le seul incident digne de mention est le tout droit de Sébastien Buemi au virage 3 en Superpole. Lors du même segment, un ennui de sélecteur de rapport a empêché Alex Sims de faire son tour. C’est donc son compatriote Oliver Rowland qui partira de la position de tête, sa première en FE et première de Nissan depuis la reprise de Renault. Jean-Éric Vergne, Antonio Felix da Costa et Daniel Abt suivent Rowland.

Place au départ !

Buemi a reçu une pénalité après la qualification pour système de freinage non conforme et lorsque la voiture a été libérée, il était trop tard pour terminer la charge de la voiture. Il devra donc partir des puits. Tout le monde part bien, sauf Felipe Nasr qui a calé et Pascal Wehrlein qui a perdu 2 places avant le virage 10, premier après le départ. Peu de contacts se produisent au premier tour, mais on passe proche quand Edoardo Mortara dépasse Lucas di Grassi par l’extérieur au serré virage 11.

Dès le 2e tour, Stoffel Vandoorne et Sam Bird entrent en contact, ce qui laisse des débris en piste et cause l’abandon des deux protagonistes. Nasr doit également abdiquer au même moment. Les survivants se suivent donc à la queue leu leu pendant plusieurs tours. Di Grassi tente alors d’utiliser son premier mode attaque, dont la zone d’activation se trouve complètement à l’extérieur du virage 3, mais rate le troisième point de passage et ne peut en bénéficier au même instant. Ça lui arrivera quelques fois durant la durée de l’épreuve.

Robin Frijns a alors tout le momentum nécessaire et passe di Grassi par l’extérieur au 10 pour prendre la 7e position. Peu après la mi-course, Vergne fonce et effectue un dépassement agressif sur Rowland et prend la tête de la course au dernier virage. Le Français prend alors le large et derrière lui se crée un train de 7 voitures collées les unes aux autres. Parmi eux se trouvent Rowland et Da Costa ; ce dernier se fait bloquer à quelques reprises par l’Anglais, entrant même en contact avec lui.

Au tour suivant, Vergne active son mode attaque en gardant la tête de justesse, pendant que Da Costa et Abt roulent côte-à-côte sur quelques virages. Da Costa profite de son FanBoost pour dépasser Abt à l’épingle. Un accrochage entre André Lotterer et Sims au virage 6 force le Britannique à s’arrêter au milieu de la ligne droite suivante. La voiture de sécurité sera amenée en piste, mais pas avant que Nelson Piquet frappe le mur au premier virage, causant son abandon. Le rouge sera finalement déployé peu après.

À la suite d’une pause d’une quinzaine de minutes, le temps de nettoyer la piste, les voitures regagnent le circuit et passent toutes dans la zone du mode attaque, sauf Frijns, Mortara, Dillman et Turvey. Profitant de son avantage de 25 kW, di Grassi dépasse rapidement Frijns après l’agitation du drapeau vert. Lotterer se rapproche alors du podium en prenant la mesure d’Abt, non sans contact entre les deux. Après avoir pris le départ de la ligne des puits, rappelons-le, Buemi est en mode agressivité et passe Mortara en s’appuyant sur la Venturi à l’épingle. Le Suisse continue sa remontée et freine le plus tard possible au même virage quelques tours plus tard et entraîne Frijns dans sa course contre la Audi de di Grassi, causant l’abandon du Brésilien. En furie, il sortira de sa voiture avant d’avoir eu l’autorisation et recevra une amende de 5,000€.

Un drapeau jaune généralisé a alors été déployé, gelant du coup les positions. Vergne croise le drapeau à damiers en premier suivi de Rowland et Da Costa. Plusieurs pénalités ont été données après la course, notamment 10 secondes à Buemi pour contact évitable avec Frijns et di Grassi ainsi qu’une pénalité de passage aux puits devenue un ajout de 16 secondes au temps final de Mortara pour avoir omis d’activer le mode attaque deux fois. Plusieurs infractions mineures se sont également soldées par des amendes.

Au classement général, Da Costa prend la tête, un petit point devant d’Ambrosio et 7 points devant Vergne et Bird. Di Grassi et Mortara sont 2 points plus loin. La prochaine étape du calendrier sera la portion européenne. Y verrons-nous un 7e vainqueur différent en autant de courses ? La réponse à Rome le 13 avril prochain.

Résultats officiels :

  1. Jean-Éric Vergne (DS Techeetah)
  2. Oliver Rowland (Nissan e.dams)
  3. Antonio Felix Da Costa (BMW i Andretti)
  4. André Lotterer (DS Techeetah)
  5. Daniel Abt (Audi Sport Abt Schaeffler)
  6. Jérôme d’Ambrosio (Mahindra)
  7. Pascal Wehrlein (Mahindra)
  8. Sébastien Buemi (Nisaan e.dams)
  9. Mitch Evans (Jaguar)
  10. Edoardo Mortara (Venturi)
Mathieu Brière
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Mathieu Brière

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: