Circulationner!

Crédit photo : Francois Richard

Est-ce que le verbe « circulationner » existe vraiment? Attendez un instant, je vais faire une recherche pour vous « Live » sur internet … « Ok Google (où Alexia selon le cas), donne-moi la définition du verbe  circulationner ». Eh bien oui, ça existe! D’ailleurs ce terme était utilisé par un groupe d’humoristes célèbres des années 80 et 90 qui se moquaient à peine de la police et dont plusieurs s’ennuient de leur humour mordant.

Je me suis dit en me levant ce matin que j’étais dû pour une montée de lait. Donc tant qu’à en faire une seule dans mon auto pris dans la circulation en écoutant de la musique de relaxation, aussi bien profiter de la vitrine qui m’est offerte par 360nitro.tv.

Comme 360nitro.tv traite de tous les sujets inimaginables concernant tous les objets roulants qui ont un moteur (même les autos téléguidées y passent) alors je me suis dis que parler de circulation automobile était tout à fait pertinent.

Ah les (mettre ici le juron de votre choix) autoroutes! Ah (mettre ici un juron de votre choix différent du précédent) les autoroutes!

La fameuse solution d’ajouter une troisième voie déclenche souvent en moi énormément de questionnements. Surtout parce que plusieurs gens vont dès lors réclamer une voie réservée pour les autobus ou encore vont dire qu’il y a des études qui prouvent que d’ajouter des voies fait augmenter le trafic et quelques années plus tard le problème revient.

Je reviendrai une autre fois sur le transport en commun, par contre concernant l’ajout de voies additionnelles, si une nouvelle voie doit être ajoutée, c’est possiblement parce que les voies actuelles sont déjà congestionnées et par le fait même le nombre de voitures sur la dite route est en augmentation. Donc c’est certain que si la circulation augmente, un jour ou l’autre la nouvelle voie sera aussi congestionnée. Admettons qu’on y va avec le gros bon sens en utilisant un minimum de logique, j’ai une route à deux voies qui est congestionnée suite à l’augmentation de la circulation, j’ajoute une troisième voie pour faciliter la fluidité. Donc si la circulation augmentait avant l’ajout de la troisième voie, il y a de fortes chances qu’elle continue même avec une troisième voie. Ça prend vraiment une étude pour arriver à cette conclusion? Imaginez un instant, la circulation augmente et on n’ajoute pas de troisième voie?

Ajouter des voies la solution… pour la région de Québec ?

J’habite la merveilleuse ville de Québec. Une petite ville d’environ 530 000 habitants. Une ville qui en termes d’habitants se compare à des villes américaines telles que Kalamazoo, Corpus Christi ou Myrtle Beach. Au niveau du Canada la ville de Québec en termes de population se situe aux alentours du dixième rang. Au niveau de l’Amérique du Nord la région de Québec (incluant Lévis) se situe à la 66e position en termes de population avec 800 300 habitants.

(https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_aires_urbaines_d%27Am%C3%A9rique_du_Nord )

« Le réseau actuel d’autoroutes dans la région de la Capitale-Nationale totalise 481,3 km. Ceci représente environ 20 km par 100 000 habitants. Ceci lui décerne le 1er rang au Canada et le 3e rang dans toute l’Amérique du Nord. Toutefois, dans les années 60, on voyait encore plus grand que cela. Saviez-vous que cet énorme réseau est inachevé? On le voyait beaucoup plus grand »

= Nicolas Roberge, Québec Urbain

Alors voici ma réflexion, comment se fait-il que la congestion routière soit rendue à un tel niveau dans la région de Québec alors que nous avons 481,3 km de route représentant 20 km par 100 000 habitants et que par surcroît cela nous place premier au Canada et troisième en Amérique du Nord. Oui, vous avez bien lu, troisième en Amérique du Nord!

Est-ce que le problème est vraiment un de manque de voies? Ça ne serait pas plutôt un problème de conception, de la façon dont les routes ont été pensées? Faites juste observer quand vous êtes sur une autoroute, le nombre d’entrées qui croisent des sorties, ça aucun sens! Faites juste observer la distance que vous avez quand vous entrez sur une autoroute pour vous introduire dans la circulation! Souvent le ratio entrée/sortie n’a aucun sens. Comme par exemple, sur l’autoroute « 20 Est » entre le Pont Laporte et la route Kennedy, le nombre d’entrées qu’il y a pour le nombre de sorties est complètement débalancé. Le but premier d’une autoroute c’est d’être fluide, il faut donc un maximum de sorties pour un minimum d’entrées. Au lieu d’aller en Europe dans des gros voyages de luxe, certains politiciens devraient prendre leur « char » et traverser les lignes pour voir comment on fait des routes!

Même encore là, quand il y a l’ajout d’une troisième voie pour essayer de rendre la circulation plus fluide, le tout se fait par petites sections. Ce qui fait que la congestion est juste repoussée plus loin. Donc l’année suivante on rallonge encore jusqu’à la sortie suivante. Résultat on repousse encore la congestion.

Avec les statistiques mentionnées précédemment, il n’y a aucune raison qu’il y ait une telle congestion dans la région de la Capitale Nationale.

Le fameux troisième lien

Il semble pour plusieurs que le troisième lien soit la solution miracle à tous les problèmes de circulation dans la région de Québec. D’ailleurs c’est en grande partie ce dossier qui a porté la CAQ au pouvoir lors des élections du printemps dernier.

Pour l’instant, j’ai beau me placer dans tous les recoins de l’Île d’Orléans avec mes jumelles longue portée et je ne vois aucun troisième lien pointer à l’horizon sauf le pont de l’île dont les jours sont comptés. Alors à tous les partisans du troisième lien, je vous pose la question suivante : « On fait quoi en attendant?».

Bel outil de diversion qu’est le troisième lien, parce que pendant qu’on en discute abondamment, les autorités en place ont le beau jeu pour ne rien faire. Bien sûr, il y a le projet de transport collectif structurant qui prend son envol tranquillement et qui selon plusieurs experts devrait régler par miracle tous les problèmes de circulations. Bon …

Je regarde juste dans le coin des trois centres commerciaux majeurs du boulevard Laurier à Québec. Comment se fait-il qu’en 2019 qu’il n’y ait pas encore de passerelles dans ce secteur pour faire traverser les piétons de chaque coté de la rue. Les lumières piétonnières arrêtent constamment la circulation pour un ou deux piétons (qui en passant ont 20 secondes pour traverser huit voies de circulations à certains endroits). J’ai vraiment de la difficulté à comprendre surtout qu’une superbe passerelle a été construite dans le coin du centre Vidéotron pour traverser l’autoroute Laurentienne. Cette fameuse passerelle utilisée à l’occasion pour permettre aux gens qui sont stationnés au centre d’achat de se rendre au Centre Vidéotron ou au centre de foire. Cette passerelle aurait été beaucoup plus utile sur le boulevard Laurier.

Les fameuses lumières qui se synchronisent toutes en même temps sur le rouge, vraiment pratiques pour garder la circulation fluide! Dans certaine villes américaines, on interdit le virage à gauche sur les grands boulevards principalement pour des raisons de sécurité mais aussi pour permettre aux voitures de circuler plus rapidement et surtout de permettre l’absorbation de la circulation sur plusieurs rues. Il y a certaines intersections avec des feux de circulation spécifiques qui permettent de prendre un ponceau pour traverser le boulevard et atteindre les voies qui vont vers l’autre sens.

Autre point important, il y a des rues où il y a tellement d’arrêts d’autobus rapprochés que les autobus sont souvent arrêtés. Ajouté à ça qu’elles n’ont pas de sections de dégagement leur permettant de sortir temporairement de la circulation le temps de prendre ou de laisser descendre des passagers. Avec des sections de dégagement, les autos derrières pourraient ainsi poursuivre leur chemin en étant moins retardées. Je ne crois pas que quelques pas supplémentaires nuiraient aux usagers du transport en commun qui n’auraient qu’à faire 2-3 minutes de marche supplémentaire pour prendre le bus.

Les sens unique …

Plusieurs grandes villes américaines utilisent abondamment les rues à sens unique. Ce qui évite, en autres, les multiplications de lumières pour la gestion des virages à gauche ou à droite. Cela entraîne donc par le fait même une meilleure fluidité et surtout réduit le temps de transport. Donc moins longtemps une voiture roule moins elle pollue. Imaginez un instant pour les gens de Québec, le boulevard René Lévesque ainsi que le boulevard Laurier (après l’université Laval direction Vieux Québec) transformés en « one way ». Selon moi, on pourrait même ajouter des voies réservées pour le transport en commun plus des pistes cyclables et la circulation serait quand même améliorée. Ceci est une solution simple possiblement pas très coûteuse.

Conclusion

Il existe plein de solutions beaucoup plus simples que de construire un nouveau pont ou encore un système de transport plus ou moins structurant et qui règlerait déjà une partie des problèmes de circulation. Mais on dirait qu’une certaine classe dirigeante ferme les yeux et que leur seul but est d’engranger les millions en taxes que génèrent les automobilistes à chaque année. Il est vrai de dire que ceux-ci n’ont pas le service à la hauteur des montants payés.

Ceci étant dit, le troisième lien devrait être construit depuis, depuis, depuis très longtemps. Ce dernier est devenu une nécessité dans la grande région de Québec. Bien entendu que lorsqu’on se déplace en limousine avec un chauffeur privé, les effets de la fluidité de la circulation nous importent peu!

En passant un très bon Super Bowl à tous!

Francois Richard
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Francois Richard

Laisser un commentaire

Scroll to top
error: