Un ePrix fort en rebondissements

Crédit photo : F1i.fr

Après une épreuve chaudement disputée à Dariyah en levée de rideau, tout était permis pour la deuxième ronde à Marrakech au Maroc. La séance de qualifications a été marquée par des écarts minimes entre les dix premiers. Di Grassi a bloqué les roues sur son tour lancé, étant ainsi relégué en 11e position. Du côté de la Techeetah d’André Lotterer, il rate complètement son entrée au Virage 7 et perd du temps, après avoir inscrit le meilleur premier secteur de la Q1.

Des ennuis pour Max Günther, qui a frappé le mur au Virage 6 et Stoffel Vandoorne, qui a perdu de la puissance en plein milieu de son tour, ont également marqué le troisième segment. Vandoorne ne semble pas échapper à la guigne qui s’acharnait sur lui lors de son passage en F1 chez McLaren, après ses ennuis majeurs en Arabie Saoudite.

En Superpole, un tour d’anthologie de la part de Sam Bird, au volant d’une voiture dont le diffuseur arrière était endommagé, l’a mis en pole position, devant Vergne, qui avait déjà réalisé un tour parfait à l’œil, et da Costa. Buemi s’installe confortablement en 4e place, devant Sims, qui prouve la bonne forme des BMW, et Evans qui a complètement raté un freinage.

Place aux hostilités

Avant le départ, Antonio Félix da Costa a reçu une pénalité pour avoir dépassé la limite de 200 kW en dehors de son tour à 250 kW. Il partira donc 6e, dernier de la Superpole. Tout est donc prêt pour un ePrix qui s’annonce spectaculaire. La zone d’activation du mode Attaque se trouve loin à l’extérieur de l’entrée du Virage 3. Le crescendo musical à la télé démarre, les pilotes regardent les rouges qui s’éteignent et c’est un départ!

Dès le premier virage, Vergne freine très tard et heurte Bird de côté. Le Français se retrouve dans la zone de dégagement et repart dernier, malgré les autres incidents derrière. Lucas di Grassi rate son freinage et frappe Wehrlein et Piquet, Evans sort Buemi et Paffet heurte son coéquipier Vandoorne. Ce dernier et Wehrlein abandonnent à la fin du premier tour, qui sera marqué de freinages musclés au Virage 7. Dès la fin du tour initial, Buemi reprend la place perdue sur Evans, bien qu’ils soient 13e et 14e.

André Lotterer commence sa remontée et passe Evans et Buemi dès le 2e tour, pour se farcir Massa deux boucles après. Au même tour, da Costa passe son coéquipier Sims et se trouve 2e. Au 5e tour, Gary Paffett subit une crevaison après être monté trop haut sur une bordure et doit abandonner sur-le-champ. Au 7e tour, Günther commence le bal de l’utilisation du mode Attaque. Il réussit à dépasser Dillman et Massa par après. En même temps, da Costa se colle au feu arrière de Bird, lui mettant une forte pression. Les 4 premiers ne sont alors séparés que par 1,2 seconde.

Loin derrière, Jean-Éric Vergne, malgré la qualité de sa monture, semble avoir de la difficulté à remonter et ne figure qu’au 16e rang à l’issue du 10e tour. Da Costa tente alors de passer Bird, laissant ce dernier couper la chicane. Alexander Sims en profite alors pour passer son compatriote au Virage 7, faisant ainsi un doublé BMW. Les deux voitures préparées par l’équipe Andretti se bâtissent rapidement une avance sur le reste du peloton. Hors du Top 10, Sébastien Buemi active son mode Attaque mais ne peut ultimement passer que Mortara.

Les résultats du vote pour le FanBoost sont alors disponibles et les pilotes choisis sont Buemi, Massa, da Costa, Wehrlein et Vandoorne. Bien mal en fit aux deux derniers, qui ont abandonné au premier tour. Di Grassi décide au même instant de se mettre en mode Attaque, il est le premier du Top 6 à faire ainsi. Sam Bird poursuit sa dégringolade et perd 2 rangs rapidement, au profit de di Grassi et d’Ambrosio. Il s’est alors mis en mode Attaque, mais deux de ses poursuivants l’ont dépassé, dont José Maria Lopez, que l’Anglais a rapidement remis derrière lui au virage suivant.

Vergne a alors pointé, avec des manœuvres hors des caméras, en 8e position après 20 tours. Son coéquipier Lotterer est juste derrière lui. Le champion en titre continue sa remontée et devance Lopez au 22e tour. Les positions changent alors beaucoup derrière les deux BMW, en raison notamment de l’utilisation du mode Attaque par Frijns, Bird, et d’Ambrosio. Ce dernier en était à sa première augmentation de puissance de la course. Di Grassi en a subi les frais et a perdu 2 places.

Au 26e tour, Alexander Sims tente une manœuvre cavalière sur son coéquipier da Costa au Virage  7. Le Portugais s’encastre alors dans le muret de protection et abandonne sur le coup. Sims, quant à lui, perd 2 rangs et continue en 4e place. C’est la consternation chez BMW Andretti, puisqu’un doublé était presque assuré pour eux. Da Costa est défait de son côté, le visage dans la clôture derrière sa voiture. Une petite discussion derrière portes closes s’ensuivra! Lotterer passe di Grassi juste avant que la voiture de sécurité ne soit déployée lors du 27e tour, avec 8 minutes et un tour à faire.

Jérôme d’Ambrosio, à qui il reste toujours un mode Attaque à prendre, mène devant les deux Virgin de Robin Frijns et Sam Bird. Derrière Sims se retrouve un Jean-Éric Vergne le couteau entre les dents et l’autre Techeetah de André Lotterer. La voiture de sécurité restera en piste pendant plus de 3 tours. Au 29e tour, 12 pilotes, dont le meneur, prennent leur mode Attaque, mais ils devront se résigner à ne pas en profiter puisque la course est restée neutralisée un tour de plus qu’initialement prévu, le dégagement de la voiture de da Costa semblait plutôt laborieux.

Au 30e tour, Sims, di Grassi et Dillman activent leur mode Attaque en vue du dernier tour. La voiture de sécurité entre ainsi au puits avec un sprint d’un seul tour à faire. Bird se défend à merveille des attaques d’un Sims qui bénéficie de 50 kilowatts de plus que lui. Le pilote BMW a tenté la même manœuvre que sur son coéquipier, mais il s’est retiré à la dernière seconde pour éviter un contact. Malgré un freinage difficile au dernier virage, c’est Jérôme d’Ambrosio qui remporte le 3e ePrix de Marrakech.

L’écurie Mahindra a donc défendu son titre avec succès, après la victoire de Rosenqvist l’année dernière. Les Virgin de Frijns et Bird complètent le podium. Vergne et Lotterer finissent en 5e et 6e position respectivement, avec Lucas di Grassi et Sébastien Buemi, qui a effectué une belle remontée, derrière. Mitch Evans et Daniel Abt bouclent le Top 10. Notons la 14e position de Nelson Piquet, dont la voiture était probablement endommagée depuis le départ, ainsi que la 18e de Massa, qui a connu une course extrêmement difficile.

Après une course aussi enlevante, la tendance veut que la prochaine épreuve, qui aura lieu dans deux semaines à Santiago au Chili, rencontrera les mêmes standards de qualité. Espérons toujours que les BMW seront plus sages et que le spectacle sera au rendez-vous.

Mathieu Brière
Chroniqueur
À propos de l'auteur
Archives de Mathieu Brière

Laisser un commentaire

avatar
Scroll to top
error: