Aimer le sport automobile

Crédit photo : Bertrand Godin

L’un des grands privilèges que j’ai dans la vie, est de partager ma passion pour le sport automobile et le pilotage.  Les amateurs du sport me posent souvent la question à savoir qu’elle a été la série de courses la plus difficile pour moi au niveau pilotage.

J’ai eu la chance dans ma carrière de toucher à plusieurs séries variées.  Que ce soit des différentes monoplaces comme la Formule Ford, la Formule Atlantique, l’Indy light ou la  Formule 3000.  Aussi, j’ai touché au  circuit de terre battue en modifié Sportsman pro stock et même au circuit de l’Auto cross au Stade olympique.

En vérité chaque voiture demande de l’adaptation.  Je me souviens très bien lors des premiers tours en course sur glace à Chamonix, j’ai dû remettre en question mon pilotage à plusieurs reprises.  Conduire une voiture de 400 chevaux sur de la glace et aborder les virages en inscrivant la voiture presque du reculons en entrée de virage était un choc culturel.  C’était en quelque sorte comme un violoniste qui se retrouve avec un  saxophone dans les mains.   Tu as beau savoir lire la musique, il faut être en mesure de bien comprendre l’instrument afin de jouer les bonnes notes et les jouer justes.

Pour moi le pilotage sur circuit routier en monoplace est définitivement ma spécialité.  J’ai donc développé des connaissances et observer des façons de la piloter qui m’amène à conduire sa voiture à la limite.  

Pour  répondre  en quelques mots à cette question, définitivement ça été de courir sur la terre battue.  Parce que pour moi l’adaptation du pilotage est à l’opposé de ce que j’ai connu.  Que se soit la position de conduite,  la mollesse de la suspension,  l’adhérence de la piste, la texture de la terre qui évolue beaucoup plus que sur les circuits asphaltés.  Conduire sur terre battue aura été une gigantesque adaptation dans ma façon de conduire.

C’est certain que le fait d’avoir seulement une dizaine de minutes d’essais libres est un énorme handicap.  Je sais cependant que si un pilote de terre battue embarquait dans une monoplace il aurait aussi cette montagne d’adaptation du pilotage à surmonter.

Cela m’amène à respecter et à m’émerveiller devant chaque série qui peut exister dans le merveilleux monde de la course automobile. Je voyais certains commentaires dans lesquels on essayait de comparer Lance Stroll à Raphaël Lessard. Ce genre de comparaison est absolument impossible.

Il sera toujours normal d’aimer davantage une série plus qu’une autre.  Mais l’important c’est d’apprécier les artistes du pilotage que peuvent être Raphaël Lessard, Lance Stroll, Bruno Spengler ou les frères Wittmer.  Non seulement les styles de pilotage sont différents mais l’adversité, la philosophie et les stratégies de courses sont complètement différentes. C’est exactement comme en musique. Je suis émerveillé par la performance du  pianiste ou du guitariste.

Je souhaite une bonne saison 2021 à tous les pilotes et les équipes de toute discipline et je souhaite que nous pussions être nombreux à pouvoir se réunir prochainement pour apprécier vos performances.

Scroll to top
error: