Crédit photo : Instagram

Toyota s’illustre mais le lion va rebondir

Dakar 2018 Marc "Enzo" Tessier
Dakar 2018 Toyota s’illustre mais le lion va rebondir Encore cette année je me ferai un plaisir de vous rapporter les résultats et les péripéties de la course de rallye "raid" la plus difficile du monde. J’espère vous partager ma passion pour cette folle aventure dans les décors exceptionnels de l’Argentine jusqu’au Pérou en passant par la Bolivie. Vainqueur l’an dernier, l’armada Peugeot revient en force et espère une victoire de leur pilote vedette, le nonuple champion du monde WRC. Ayant annoncé que c’était leur dernière participation en tant que constructeur officiel, la firme au Lion, désire se retirer avec la victoire. Oui Loeb désire plus que tout sa victoire à la prestigieuse épreuve du Dakar, mais en rallye "raid" il ne faut pas trop être agressif, une erreur que l’autre pilote de pointe Peugeot, Carlos Sainz répète trop souvent lorsqu’il est en bonne position. Le multiple champion moto/auto, Stéphane Peterhansel, aussi vainqueur 2017, sera patient comme il en a l’habitude. Cyril Despres peut aussi causer des surprises avec toute son expérience. Voilà pour les luttes internes chez Peugeot. Le grand rival, les Minis, qui n’ont plus trop rien à voir esthétiquement avec les Minis du passé, les nouveaux buggys John Cooper Mini BMW peuvent toujours aspirer à la victoire avec Mika Hirvonen entre autres. Mais la nouveauté du buggy 2 roues motrices fraîchement sortie des ateliers peut compter sur des problèmes de fiabilités, à suivre. D’autres peuvent s’illustrer, Nani Roma, entre autres, avec les Minis traditionnelles, peuvent s’illustrer tout comme les Peugeot des années passées engagées par des privés. Mais la plus dangereuse des "outsiders" est probablement la Toyota d’usine pilotée par les toujours solides Nasser Al-Attiyah, vainqueur 2011-2015 et le très expérimenté Giniel DeVilliers, toujours à surveiller.

Première étape - 6 janvier Lima

La première étape, habituellement la plus courte, sert de mise en bouche, un genre de prologue, qui permet aux équipes de régler les problèmes. Probablement que les Peugeot ont énormément de travail, car Loeb a connu de sérieux problèmes de freins ainsi que les autres voitures de l’équipe du Lion. Aucun n’a terminé dans le top 10. On retrouve la première Peugeot, celle de Peterhansel, à la 11e place à 2m15s et Loeb est à la 29e place à 5m37s de Al-Attiyah qui s’illustre, comme souvent en début de course avec une victoire d’étape, un baume pour Toyota, qui malgré beaucoup d’efforts est toujours à la recherche de succès lors d’épreuves d’envergures. Mais 5 minutes sur 14 jours de courses ce n’est rien et tout peut changer lors des étapes garnies de dunes.