Crédit photo : Instagram

Enfin des courses !

Chroniques Marc "Enzo" Tessier
F1 Grand-Prix de Grande-Bretagne Enfin des courses Souvent vous me dites, heille Enzo! Ta F1c’est plate en tab… et bien si vous avez manqué le Grand-Prix de Grande-Bretagne vous avez manqué une course qui sera sans doute dans le top dix de l’histoire de la Formule 1. Oui Vettel a gagné, oui il y a deux Ferrari sur le podium, mais je suis capable d’être objectif. Pour le spectacle pur, enfin nous fans de Formule 1 nous avons été choyés et pourquoi? C’est très simple, l’utilisation de la voiture de sécurité, la vraie et non la virtuelle, tueuse de spectacle que je décrie depuis le début de son utilisation. Oui la F1 historiquement n’avait pas d’intervention de voitures de sécurité, c’était réservé au NASCAR ou aux courses américaines pour « artificiellement » provoquer du spectacle, les puristes européens ont crié aux scandales lorsque ce ce type d’intervention fut introduit, pourquoi se rabaisser à cet artifice pour créer du show! Et bien simplement pour le show! Et ce que je vous dis là ne date pas de Mathusalem... mais des années 90. Les nouveaux propriétaires américains sont blâmés par les puristes de circuits routiers d’américaniser la F1. Grand bien nous fasse si ENFIN le spectacle peut-être aux rendez-vous. Par contre il ne faut pas se cacher la tête dans le sable, plusieurs Grand-Prix cette année furent d’une platitude incroyable, mais la recette est simple! Je le dis et je le répète, un genre de position inversé, c’était de toute beauté de voir Hamilton remonter la meute. Et surtout, mais surtout abandonner le VSC (virtual safety car) qui consiste à geler l’écart des pilotes lors de son intervention, contrairement à la vraie voiture d’intervention, qui regroupe le peloton. Mais comme souvent en Formule1, quand l’un intervient versus l’autre, la règle n’est pas trop claire, au gré de la situation et du directeur de course.
Hamilton rate son départ et se fait déborder par son coéquipier Bottas, mais surtout par son rival Vettel. Les deux se disputeront la première place longuement. Hamilton lui s’accroche au départ avec Räikkönen, le Britannique fait un tête à queue et repart dernier. Il dépasse un à un tout le monde pour revenir dans le peloton de tête, toute une remontée. Deux interventions du « safety car » regroupe le peloton et les cinq premiers sont dans une poignée de seconde. Ce sera toute une fin de course, les 11 derniers tours furent d’anthologie. Vettel résiste à la pression et Räikkönen est en feu et passe sur la 3e marche du podium, précédé d’un Hamilton déçu, criant au complot des rouges pour le sortir intentionnellement au premier tour. Räikkönen fut pénalisé pour ce fait et il a admis son erreur, mais Hamilton ne l’a pas encore digéré. Parti de la ligne des puits, Lance Stroll, termine douzième et son coéquipier quatorzième et dernier. Williams avait apporté un nouvel aileron, à Silverstone, mais après s’être avéré dangereux, ils ont remis l’ancien et les Williams ont dû partir des puits … quand ça va bien?! Prochain Grand-Prix, Allemagne 22 juillet